Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

mercredi 5 mars 2008

Complétez : "Les raviolis, ..."

Aujourd'hui je vous ressors une lecture datant d'il y a deux ou trois mois (étant donné que je n'ai pas trop le temps d'avancer dans ma lecture en ce moment) : mon Dieu, quelle ambition irréfléchie (bien que noble) j'ai eue que de vouloir poster un billet par jour (d'accès à Internet, donc de boulot... hum hum)! Enfin passons : le billet d'aujourd'hui fait donc référence à 99 francs, de Frédéric Beigbeder. Hé oui, de voir qu'ils en avaient fait un film, ça m'a rappelé que je l'avais dans ma bibliothèque...

Pour tout vous dire, je ne m'attendais pas à un truc bien fameux, car j'avais été plutôt déçue par L'amour dure trois ans, du même auteur, que j'avais lu l'été dernier (qu'on m'avait d'ailleurs conseillé bien avant, au moment où je m'étais joyeusement faite larguer au bout de trois ans et demi, N.D.L.R.)... Je l'avais trouvé peu consistant et plutôt du genre "élucubrations d'un jet-setteur" auquel il était strictement impossible de s'identifier pour une provinciale dans mon genre... Bref, déçue, la meuf, d'autant que j'aimais bien le Beigbeder que j'avais pu voir quelque temps sur Canal quand il présentait L'Hyper-Show...

Du coup, ce n'était pas plus mal car, partant avec cet a priori négatif, j'ai plutôt apprécié 99 francs.
Pour le coup, le personnage d'Octave, tout en vivant dans un monde qui reste fort différent du mien (il sniffe de la "coco", comme il dit, et passe son temps chez les "péripatéticiennes", comme on dit), semble beaucoup plus humain que dans L'amour dure trois ans : en gros, il se pose des questions et il est naïf (il espère changer le monde alors qu'il bosse dans la pub, un hyper-condensé de la société qu'il déteste)... On peut s'attacher à ce personnage qui, sous des réactions parfois à baffer de jet-setteur branchouille, n'en reste pas moins attachant dans le fond (à mon avis). Sa description caustique de la société de consommation est très cynique et très vraie en même temps. Le milieu qu'il décrit, bien qu'écoeurant en soi, ne rend pas la lecture désagréable. On rit jaune à lire ces absurdités qu'on passe notre temps à faire en tant que consommateurs parce que "tout le monde le fait" (l'attrait des marques, les phénomènes de mode, tout ça...). Ça fait du bien, parfois, de se faire remettre un peu à sa place, même quand on n'est pas parmi les pires des consommateurs (loin de là, en plus!!). J'ai eu en tout cas l'impression par le biais de cette lecture de toucher du doigt des questions de fond sur la nature humaine et ses travers (mais que cherche-t-on dans la consommation? Pourquoi n'y a-t-il personne pour se poser deux minutes et se rendre compte qu'on est proprement ridicules à courir partout après des désirs artificiels? Et moi, est-ce que je suis capable et, surtout, est-ce que j'ai envie de m'arrêter de courir pour me poser des vraies questions? etc.). Je ne dis pas que tout ça est dans le livre, mais c'est au moins un bon support de réflexion!

Ce roman n'est certes pas un livre-culte mais il est plaisant à lire : on a souvent un sourire ironico-désabusé aux lèvres et ce qui est sûr, c'est qu'après l'avoir lu on regarde les pubs (et accessoirement le monde, n'ayons pas peur des mots!) différemment!

Ici, le billet d'Emeraude, un peu partagée (mais je pense que c'est normal vu l'auteur et ses personnages qui lui ressemblent beaucoup)

Mon petit commentaire habituel sur le titre du billet : je cherchais un slogan plus représentatif que celui-là, mais c'était juste pour dire que c'est effrayant, quand on y fait attention, aux réflexes de parole que l'on tire des pubs... Dès que j'entends "antibiotiques" ou quelque chose du même nombre de syllabes qui finit en "-ique", je complète mentalement (ou pas) : "c'est pas automatique"! Et ça avec plein de choses... Un "... est l'équivalent..." va systématiquement entraîner dans mon cerveau la suite illogique "d'un grand verre de lait" (cf. la pub K*nder chocolat qui passait à la télé il y a 15 ans ou plus : "Mais voyons Michel, etc.")

PS : Ce qui est assez drôle, c'est qu'au moment où j'ai lu le livre, on pouvait voir Beigbedder sur de grandes affiches dans le métro, torse nu (Hum, pas mal...) avec dans les mains un bouquin qui s'appelle "La Société de consommation" pour une pub des Galeries Lafayette... Quel provocateur (en attendant il a sans doute été bien payé pour ça...)! Mais je m'égare : le sens de ma remarque était plutôt de dire : ça ne vous arrive jamais ce genre de coïncidences? Vous lisez un truc et en même temps l'actualité/votre entourage/etc. s'en fait l'écho... Moi c'est super-souvent! Aurais-je des pouvoirs insoupçonnés?

25 commentaires:

Caro[line] a dit…

Tu me fais penser que j'ai ce livre dans ma PAL... et je n'avais pas aimé L'amour dure 3 ans... et voilà ! :-)

Caro[line] a dit…

(Commentaire précédent sans intérêt, non ? ;-))

Lucile a dit…

@ caro[line] : sisi il est très bien ton commentaire. On peut donc en déduire que peut-être qu'étant dans la même situation que moi exactement, tu vas tenter de lire 99 francs pour ensuite dire à la face du monde ce que tu en aura pensé. Ou peut-être contre toute attente vas-tu continuer à t'abstenir jusqu'à ce qu'une obscure raison te fasse changer d'avis subitement... Quel suspense dans ce tout petit com' au contraire! ;-)

Caro[line] a dit…

En effet, finalement, c'était un commentaire intéressant... mais j'aurai pu être plus complète en disant que vu l'état de ma PAL et mon attirance pour ce roman (qui est proche de zéro... malgré ton billet tentant... en fait, je but sur l'auteur et mon ressenti à la lecture de L'amour dure trois ans), il va devoir encore m'attendre ! ;-)

Fantômette a dit…

Bon, je dois l'avouer, je n'ai absolument pas envie de lire ce livre ! L'auteur m'agace souverainement (le côté intello qui se la joue provoc', bof bof...)même si - je n'en suis pas à un paradoxe près - j'apprécie sa chronique dans LIRE.
Non, en fait, je voulais juste dire que ce matin à la radio on a parlé d'un livre intitulé "Coïncidences : nos représentations du hasard". Alors, bon, je me disais que peut être tu serais intéressée ;-)))

Lucile a dit…

@ caro[line] : ça se comprend tout à fait! :)
@ fantômette : oui le personnage est très particulier. Moi il m'amuse car je veux n'y voir qu'une façade derrière laquelle se cache un gars très intelligent. Mais s'il faut il est vraiment comme ça et dans ce cas c'est un c** fini... On ne saura jamais mais c'est vrai que j'ai souvent tendance à être plus "positive" dans mon jugement des gens que la moyenne (et ça m'a déjà joué des tours, mais que voulez-vous ma brave dame! on ne se refait pas! ;-) )
Merci pour le titre du bouquin, je vais le noter mais comme la majorité des essais ou bouquins d'actualité que je note très sincèrement, il passera sans doute après les dizaines de roman que j'ai notés!! :(

Karine a dit…

Dans les librairies ici, il y a toujours plein de romans de cet auteur... par contre, le personnage n'est pas du tout connu. Il est si provocateur que ça? Avec les commentaires des blogs, il ne m'a jamais attirée comme auteur.

Fantômette a dit…

@ Karine : Non, il n'est pas très provocateur. Mais il tente de faire passer en souplesse son côté très "jet-set" par une sorte second degré. En fait, on le voit surtout dans tous les magazines people, à la TV, etc... Il tient aussi une chronique dans un magazine littéraire (ça c'est pour valider le côté "je fais le mariole mais je suis un type brillant"). Il m'agace, quoi ;-))
A part ça, c'est peut être un gars sympa finalement. Mais on ne connait que le personnage qu'il donne à voir...

Emmyne a dit…

" Ce roman n'est certes pas un livre-culte mais il est plaisant à lire : on a souvent un sourire ironico-désabusé aux lèvres et ce qui est sûr, c'est qu'après l'avoir lu on regarde les pubs (et accessoirement le monde, n'ayons pas peur des mots!) différemment!"

C'est tout à fait comme cela que j'ai perçu ce livre !
Moi qui voulait enchaîner sur L'amour dure 3 ans, il va falloir que je trouve un autre titre !

Lucile a dit…

L'avis de Michèle Tremblay (court et tranchant!) là :
http://www.voir.ca/blogs/michle_tremblay/archive/2005/06/09/beigbedder-ou-l-arch-233-type-du-p-233-dant.aspx

Ce qu'on en dit sur Wikipédia (plutôt factuel à ce que j'ai lu):
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Beigbeder

Difficile de cerner le personnage quoiqu'il en soit. Un rapide petit tour sur Google donne largement plus de résultats en critiques assassines à son égard qu'en éloges... Moi il me donne l'impression d'être complètement paumé et de vouloir se faire remarquer, mais je n'imagine pas un mauvais fond chez lui... ^_^

Lucile a dit…

@ emmyne : si tu l'as déjà dans ta PAL, ne t'en prive pas! Il se lit très vite aussi (encore plus vite même, si je me rappelle bien). C'est juste qu'il ne faut pas trop en attendre! Sache juste que l'angle de narration est celui d'un pseudo-VIP qui se drogue et fait n'importe quoi! Beigbedder essaie de donner une vision cynique d'une relation amoureuse mais de façon trop exagérée donc beaucoup moins réussie à mon goût.

Pimpi a dit…

Je n'avais pas trop accroché non plus à L'amour dure trois ans... alors ça m'avait un peu refroidie sur Beigbeder, et je n'ai pas chercher à lire d'autre roman de lui. Peut-être devrais-je essayer celui-ci !

emeraude92190 a dit…

même si ce que tu dis à propos de mon billet est plutôt vrai, ça m'intrigue de savoir pourquoi tu dis ça !
depuis, j'ai vu le film. Sans aimer, j'ai trouvé que c'était une bonne adaptation mais le personnage d'Octave m'en est devenu beaucoup plus antipathique.
Ceci dit, c'est vrai qu'au niveau du livre, tout le côté société de consommation est intéressant!
et maintenant, je me demande si je vais vraiment changer le nom de mon blog ;-)

Lucile a dit…

@ Pimpi : oui comme ça tu nous diras ce que tu en as pensé! :)
@ emeraude : par rapport à ce que j'ai dit sur ton billet, c'était pour expliciter ton avis mitigé. Si j'ai bien compris, tu avais aimé la forme du bouquin et le sujet de fond, mais tu n'avais pas aimé le personnage d'Octave à cause de sa vie de débauche qui faisait qu'il y avait beaucoup d'éléments "trash" dans le livre qui n'apportaient rien (et je suis bien d'accord avec toi, je m'en serais passée aussi! Et c'est pire dans l'amour dure 3 ans!). C'était ça qui t'intriguait?
Et pour ton futur (ex?)nouveau nom de blog, si ça sonne bien c'est bien parce qu'on a tous ces réflexes bien ancrés en nous! :) Au passage, je ne fais pas autre chose en détournant "la mer à boire" et dans les titres de mes billets : le mécanisme est le même finalement... Guère plus noble! ^_^

fashion a dit…

Je n'aime pas Beigbeder, je le trouve creux et je trouve qu'il n'écrit pas très bien : c'est le champion du vide enrobé de poudre aux yeux. Et comme je ne regarde pas la télé, je suis complètement imperméable à la pub : je ne comprends toujours pas le titre de ton billet. C'est grave docteur ? :)))

emeraude92190 a dit…

eh bien tu avais tout juste Lucile !! Mais j'ai lu l'amour dure trois ans (peu de temps avant d'ouvrir mon blog, donc pas d'articles à ce sujet sur mon blog) et j'avais bien aimé, même si c'est pas vraiment un chef d'oeuvre!

Lucile a dit…

@ fashion : Non ce n'est pas grave du tout, héhé! C'est juste que de nouveau le titre n'est pas génial... La fin du slogan est "c'est Buit*ni". J'aurais pu mettre "Choisissez bien..." (choisissez but), ou toute autre allégation bien connue...
Je n'ai pas la télé non plus, ce qui fait que les références publicitaires collectives de ces dernières années m'"échappent" (si on peut dire, mais je ne m'en porte que mieux!) totalement...
Et ce que tu dis sur Beigbedder montre encore à quel point il ne fait pas l'unanimité!

Lucile a dit…

@ emeraude : ah, moi le côté trash m'avait vraiment dégoûtée dans celui-là!
Et hum...pour ma part j'ai commenté surtout des livres que j'avais lu avant d'ouvrir mon blog (!!), mon rythme de lecture actuel ne me permet malheureusement pas de vous servir du poisson extra-frais! :) J'espère que vous ne m'en voulez pas! :D

Fantômette a dit…

Moi, je me souviens surtout de "reviens Léon, j'ai les mêmes à la maison". Pas vous ? C'était au temps de la Mère Denis, d'"Omo-lave-plus-blanc", de "un-mars-et-ça-repart", voire de "t'as mangé du topset?"... Un temps où TWIX s'appelait RAIDER. Naguère, quoi.
(Beigbeder n'était sans doute pas né !)

Lucile a dit…

@ fantômette : Oh oui, oh oui! Les raiders je m'en rappelle! "Reviens Leon!" et Mars aussi (faut dire que eux ils n'ont pas changé de slogan, ça peut aider à s'en rappeler)... Par contre les autres que tu cites... :(
Quant à Beigbedder, ton com' m'a donné envie d'aller véririfer et, incroyable mais vrai, il aura (a eu?) 43 ans cette année! J'aurais dit moins...

Fantômette a dit…

QUOI ? Beigbeder était né à l'époque du Topset ?
(la réclame du topset montrait un ado en train de danser un slow avec une fille avec laquelle il allait manifestement conclure, et les copains envieux, vautrés sur leur chaise questionnaient : "il a mangé du Topset ou quoi ? " Bref.)
Et ben non seulement Beigbeder était né, mais il était déjà (un peu) plus vieux que moi. Mais pourquoi diable les people sont-ils plus jeunes que nous, même quand ils sont plus vieux que nous ?

Lucile a dit…

@ fantômette : Hein, c'est fou ça! Les lois de la people-itude sont impénétrables... Non, mais tout ça c'est le maquillage! C'est pour ça qu'on dirait que Monica Bellucci est plus jolie que moi, c'est tout! Le ma-qui-llage! ;-)

Fantômette a dit…

Allez hop ! Tous chez Sephora !
Mais bon, ça va nous faire moins de sous pour les livres...
Tant pis, gardons les livres, les rides et les affaissements divers !

akialam a dit…

J'ai bien aimé mais j'ai trouvé que parfois la provocation était plus gratuite qu'autre chose...

Lucile a dit…

@ akialam : bienvenue à toi! Oui c'est possible, mais le fait d'avoir lu "L'amour dure 3 ans" avant m'a fait relativiser (j'avais trouvé ça bien pire côté provoc' gratuite dans celui-là). :)