Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

jeudi 10 avril 2008

L'évangile selon Gabriel Eugène Kopp


Allez savoir pourquoi, je lis peu de science-fiction. Pourtant, quand je tiens un bouquin de ce genre entre mes mains je trouve ça bien, je suis contente d'y être, mais que voulez-vous, pour moi la SF c'est comme les vacances au ski ou les restaurants asiatiques : jamais envie d'y aller, et pourtant quand j'y suis je suis aux anges!

Ayant ainsi passé mon paragraphe "moi je" introductif, je puis enfin vous parler de Au nord-nord-ouest d'Eden de Gabriel Eugène Kopp, la prochaine novella à paraître chez Griffe d'Encre... Pardon? ... Le rapport avec l'introduction égocentrée? Mais c'est que j'ai adoré ce livre, pardi! (Oui, oui, c'est ça, comme le ski et les sushis!)

Alors : de quoi qu'ça cause? Nous sommes dans une époque pas si lointaine de maintenant, je dirais dernier quart du XXIe siècle. Nous avons ici un récit à deux voix : d'un côté Ortéga, journaliste, par qui nous sommes témoins de la déchéance des médias qui ne prennent plus que des raccourcis, et des scientifiques pour donner de la crédibilité à des articles catastrophistes, de courte vue et pleins de fautes d'expression. De l'autre côté, Alcman Pierce, anthropologue légèrement porté sur la bouteille, dépêché avec d'autres scientifiques sur un glacier alpin où l'on vient de découvrir un cadavre pris dans les glaces. Ta-taaaan!

Eh oui, car dès le second chapitre on est dans le bain! On a retrouvé sur ce plateau alpin un drôle de personnage complètement nu et dans une posture étrange et il va falloir comprendre ce qu'il s'est passé... Et je gage tout ce que vous voulez que vous ne trouverez jamais! Attention, là on dirait que je vous parle d'un policier, mais pas du tout! On est bien dans de la SF : les chapitres contés par le journaliste (car les noms des personnages sont tellement rarement cités qu'on s'en rappelle comme ça finalement : "le journaliste" et "le scientifique") dépeignent une Terre soumise de plus en plus fréquemment aux catastrophes naturelles, aux famines qui s'ensuivent, aux gouvernements qui essaient de faire face... Les chapitres racontés par le scientifique sont plutôt l'occasion de découvrir les technologies de ce futur imaginaire, avec pas mal de termes spécialisés, mais pas au point de gêner la lecture, à mon avis... Je ne vous détaille pas les formidables inventions que le sieur Kopp a imaginé pour notre avenir, ça fait aussi le charme de l'histoire...

Enfin voilà, on progresse dans ce monde futur possible (en se disant bien qu'une bonne partie du cadre dépeint est tout à fait probable à l'échéance de la fin du siècle, ça fait froid dans le dos!), on progresse à l'enquête de l'équipe scientifique, on suit le déroulement de cette étrange histoire avec une sorte d'inquiétude en approchant de la fin... On se dit "Mais comment diable va-t-il boucler son histoire en si peu de pages??!?", on redoute le pire qui puisse arriver à un LCA (ça n'engage que moi, of course) : qu'un bouquin super-prometteur retombe comme un soufflé dans ses dernières pages. Et alors qu'on a ce vil doute, manque de respect envers l'auteur s'il en est, là voilà, tout se dénoue aussi subitement que l'on dévore les dernières pages. Quand j'y repense ça me fait penser à ces tours de prestidigitation où on vous présente des bouts de ficelles qui deviennent une seule et même cordelette (il y a aussi les tours avec noeud/sans noeud, les cercles métalliques qui se retrouvent pris les uns dans les autres, tout ça...) : vous regardez bien tout le temps, vous vous dites "C'est bon, je suis! Il ne m'aura pas!" et voilà, en même temps que vous vous dites ça, le type a réalisé on ne sait comment l'impossible, et l'air de rien en plus! Ben voilà, là c'est pareil. Y'a des ouragans et des tsunamis, ok. Y'a des faits divers sordides dans les journaux, ok. La population mondiale atteint les 11 milliards, OK. Eh ben voilà, à la fin il y a... non je ne vais pas vous le dire mais... c'est ENORME!

Là, en écrivant ça, je me rends compte que, depuis quelques jours que je l'ai fini, la bonne impression que ce livre m'a laissée n'a fait que se renforcer. Peut-être à cause des éléments que Gabriel Eugène Kopp avait parsemés depuis le début de l'histoire et qui n'ont pas été exploités par ses personnages, mais que nous-même comprenons après avoir fermé ce petit livre. Je pense qu'au-delà de ces petites choses, on doit avoir encore pas mal de choses à découvrir ou à comprendre en seconde lecture, que ce soit sur le monde dépeint ou sur les personnages, car Au nord-nord-ouest d'Eden est quand même fort dense... Il y en a des choses dans ces 80 pages!

Donc voilà, vous l'avez compris je vous recommande vivement ce petit livre qui se lit très vite. Il est actuellement en souscription sur le site de Griffe d'Encre et en plus, trop d'la balle, vous pouvez lire un chapitre pour savoir si ça vous branche! C'est-y pas bioutifoul mon ami?!
Retrouvez également les avis de Praline, Chimère et Fashion.

A noter, une fois encore (mais cela semble être la règle chez Griffe d'Encre!) une bien belle couverture qui vous met dans l'ambiance signée Magali Villeneuve.

Pour info, j'ai lu récemment une autre novella de cette toute jeune maison d'édition : pour retrouver mon billet et, par la même occasion, être un peu brieffés sur ce qu'est une novella, cliquez ICI!

EDIT (du 21/08/2008) : Depuis aujourd'hui même, mesdames et messieurs qui êtes inscrits sur Facebook, il vous est possible de laisser votre avis sur les livres Griffe d'Encre en vous rendant !

12 commentaires:

Pimpi a dit…

"C'est-y pas bioutifoul mon ami?!"
Serais-tu une fervente admiratrice des Têtes à claques ?

Pour en revenir à ce petit livre, moi aussi, je lis de la SF de temps en temps (mais j'avoue préférer quand il est question de voyage dans le temps plus que quand il est question d'anticipation sur un futur catastrophique...), alors bon, ma foi, pourquoi pas !
Je note toujours, on ne sait jamais !
(au fait, c'est la classe, de pouvoir lire un livre avant le commun des LCA !)

Karine a dit…

Je suis décidément intriguée même si je ne lis presque pas de SF. Mais (parce qu'il y a un "mais") quand ça parle de futur le moindrement apocalyptique, je deviens un peu parano (bon... soyons honnêtes... complètement parano!). Donc, j'hésite!

chiffonnette a dit…

Appétissant!!!

Lucile a dit…

@ pimpi : concernant les "têtes à claques" je ne suis pas spécialement fan mais les quelques sketches que j'ai vus m'ont laissé quelques répliques cultes! ;-)
Et sinon, effectivement c'est trop la classe de lire un bouquin avant tout le monde! ^_^

@ karine (et pimpi) : je pense que j'ai vraiment dû exagérer sur le côté "futur catastrophe" car ça ne m'est pas du tout apparu comme un élément majeur de l'histoire. Ce contexte ne sert "que" de toile de fond à la "vraie" histoire qui tourne autour de ce cadavre retrouvé dans la glace...

@ chiffonnette : contente de t'avoir mis l'eau à la bouche (avec trois points d'exclamation en plus, diantre! ;-) ). Même que si t'es sage, je pourrai te le prêter... :D

Romanza a dit…

Je n'ai lu que "Le meilleur des mondes" d'huxley comme roman SF et tout comme toi j'ai aimé et pourtant je n'en relis plus ... Va savoir!!!O_o

Mais je m'y remets bientôt! Je vais lire "La planète aux vents de folie" de Marion Zimmer Bradley, dame que j'adore dans ses textes fantastiques et donc, que je vais découvrir bientôt dans le genre SF ...

pom' a dit…

j'aime beaucoup la SF et celui-çi me fait très envie, je le note

La liseuse a dit…

Je pense aussi le lire. J'aime déjà cette histoire. Je lis peu de SF car peu d'histoires me tentent mais celle-ci oui ! J'ai découvert cette maison d'édition par le forum du coin des lecteurs.

Lucile a dit…

@ romanza : je ne connais pas Marion Zimmer Bradley... Elle écrit plutôt dans le fantastique c'est ça?

@ pom : je pense que tu ne seras pas déçue! :)

@ la liseuse : Ah tiens je ne connais pas ce forum... N'hésites pas à faire signe si tu lis ce livre!

Romanza a dit…

Non ... C'est un peu les deux! Je pense qu'elle a autant fait du fantastique que de la SF. Mais disons qu'elle s'est faite connaitre avec la fantasy. Elle a écrit la sublime saga des "Dames du lac" ou des romans seuls comme "La princesse de la nuit" ou "La trahison des dieux".

Sa série de SF s'appelle "La romance de ténébreuse". En fait, elle a crée un univers, une histoire, puis elle a écrit énormément de romans sur ce monde que l'on peut lire indépendamment les uns des autres. Les histoires se passent toujours sur la planète en question, mais ce ne sont jamais les mêmes personnages, les mêmes situations ...

Praline a dit…

Roh.. intéressant ! Faut que j'arrête de noter tous les titres qui m'emballent, je vais jamais m'en sortir !

Lucile a dit…

@ romanza : merci pour cet éclairage, je penserai à toi si je tombe sur un livre de cet auteur! ;)

@ praline : hé! hé! c'est notre lot à tous, pauvres LCA que nous sommes! ^_^

La liseuse a dit…

Voilà je viens de poster mon avis sur mon blog. Une lecture sympathique malgré un démarrage incertain.