Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

samedi 31 mai 2008

Vous avez aimé ce livre


Il y a quelque temps, j'ai lu le dernier livre de Nicolas Cauchy, De manière à connaître le jour et l'heure, un peu sous la pression de LA lectrice-chouchou, il est vrai... Cela dit, j'avais beaucoup aimé, en particulier pour la justesse de la description de rapports difficiles dans une famille où l'on ne se parle guère, et j'étais bien résolue à continuer de découvrir cet auteur. Avec son premier roman, donc : celui-ci.

Nous revoici avec le thème de la difficulté à exprimer ses sentiments (ou à leur faire face) dans une famille, poussé ici à son paroxysme. Simon a la cinquantaine et est marié à une femme beaucoup plus jeune avec qui il a une petite fille de quatre ans. Ils vivent avec Hélène, quinze ans, la fille que Simon a eue d'un premier mariage. Une famille recomposée comme il en existe beaucoup aujourd'hui. Mais voilà, Simon n'a que faire de son aînée et se rend compte un beau matin qu'il aime sa plus jeune fille : alors il craque et commet l'irréparable. Lui qui a l'habitude de tourner le dos dès qu'une situation le gêne va devoir finir par faire face. Et c'est tellement tragique, et il semble tellement perdu, "à côté de la plaque", qu'on en vient à éprouver de la pitié pour lui, à se dire "pauvre homme!" malgré ce qu'il a fait. C'est une lecture "sensation forte" où, bien qu'on connaisse l'issue probable de tout ça, on ne peut pas décrocher. On se dit "mais que se passe-t-il dans la tête de cet homme!?", "pourquoi pense-t-il à ça dans un tel moment?", "combien de temps ça va durer? combien de temps ça peut durer?"... Si je devais incarner mes pensées à la lecture de ce roman, ce serait sous la forme d'une personne qui se tord les mains en regardant une catastrophe en train de se produire sous ses yeux sans pouvoir rien y faire.

D'emblée, on est saisi par le mode de narration : je n'ai pas l'habitude qu'on me donne du "vous", surtout pour me raconter l'histoire de quelqu'un d'autre, comme c'est le cas ici... Du "il/elle", évidemment je connais, du "je" aussi, mais du "vous"!? Quelle drôle d'idée! (Bon j'avoue, je simule l'étonnement car j'avais lu plusieurs billets au sujet de ce livre avant de l'ouvrir, donc j'étais prévenue) En même temps, en ce qui me concerne, j'ai simplement eu le temps de me faire la réflexion "c'est vrai que c'est curieux" que je ne le remarquais déjà plus. D'ailleurs je m'interroge toujours sur le fait que ça ne m'ait pas gênée du tout, étant donné qu'on s'exprime rarement comme ça... Je suis une fille un peu étrange il semblerait! (et ça vous étonne à peine, n'est-ce pas?).

Comme vous l'aurez compris, j'ai vraiment été happée dans ce livre, pour partie du fait du mode de narration, mais aussi et surtout du fait du style : un regard sur des faits, empreint de franchise mais surtout "dépassionné", sans émotion dans l'écriture, seulement dans les mots ("Vous pleurez parce que vous êtes incapable de gérer des sentiments"). Et ces phrases, très proches du factuel, donnent une grande force d'évocation au récit et vous touchent d'autant plus car c'est sur cette base "objective" que vous, lecteur, donnez corps à l'histoire dans votre pitite tête. Et évidemment, impliqué comme vous l'êtes alors, c'est très très fort!

C'est donc un roman que je vous recommande chaudement : du vertige (ou plutôt du mal de mer) dont on redemande, c'est pas si commun!

Les avis de Caro[line], Amanda, Fashion, Stéphanie, Tamara, Delphine... et (encore) le lien vers la super lettre ouverte de Laetitia à Nicolas Cauchy... J'a-dore! :D

Pour ma part, j'attends le troisième roman avec impatience, mais plus impatiemment encore une super dédicace multiple sur mon exemplaire... cf. le dernier paragraphe de ce billet (Nicolas, si tu passes par là... :D)

8 commentaires:

Anjelica a dit…

Pour l'instant, je ne suis pas tentée. Bonne semaine à toi :)

Fantômette a dit…

Ouh là, non, ce genre d'histoire, pas pour moi, quel que soit le talent de l'auteur.

Lucile a dit…

@ anjelica et fantomette : arf, dommage! Mais bon, il y a tellement d'autres choses à lire que vous aurez bien de quoi vous occuper! :)

amanda a dit…

Oui, c'est un roman dérangeant, par ce coté infanticide injustifié, presque gratuit, mais c'est un roman fort, qui marque, qui grave son empreinte. Je l'ai avalé goulument en ayant envie de vomir, mais j'étais presque hypnotisée par l'histoire.
Une expérience à tenter, surement !

Florinette a dit…

J'ai préféré son deuxième à celui-ci et comme toi je suis impatiente de découvrir son troisième ! ;-)

Lucile a dit…

@ amanda : tu en parles bien! il t'a laissé une empreinte forte on dirait! :)

@ florinette : personnellement je n'arrive pas à savoir lequel j'ai préféré avec certitude... En ce moment je penche un peu plus pour celui-ci, mais ça ne tient pas à grand'chose! :)

Karine a dit…

Si je lis un jour cet auteur, je crois que ce sera avec ce livre... il m'intrigue!

Lucile a dit…

@ karine : c'est une belle découverte à faire! :)