Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

dimanche 15 juin 2008

Tout ce que je vaux, ce que je suis, mes dons, mes défauts...


Kathy H. a 31 ans et est "accompagnante". Elle sillonne l'Angleterre en voiture à longueur de journée pour suivre ses "donneurs". Il lui arrive souvent d'évoquer le passé avec eux, et bien souvent c'est avec une franche admiration que les "donneurs" la questionnent sur Hailsham, l'établissement "privilégié" dans lequel Kathy a été élevée. Tout au long du livre, la narration alterne le présent (situé à la fin des années 90) avec le passé à Hailsham (qui occuppe la majeure partie du livre). On fait ainsi la connaissance de Ruth et Tommy, les deux accolytes de Kathy, et on découvre cet univers tout particulier fait de "gardiens", d'encouragement de la créativité des enfants, et rythmé par les "Ventes" et les "Echanges".

Au départ, on ne comprend pas du tout de quoi il retourne dans Auprès de moi toujours, avec tous ces mots que l'on connaît mais dont le sens véritable dans cette histoire nous échappe manifestement (d'autant plus que Kathy nous parle comme si nous savions parfaitement de quoi il est question). Mais les indices sont régulièrement distillés tout au long du roman et, bien que l'on comprenne très tôt de quoi il retourne avec cet établissement, l'ensemble du système continue de se préciser jusqu'à la fin.

Dans ce cadre se déroule l'histoire de Kathy, Ruth et Tommy, ces trois enfants que l'on voit grandir et se questionner sur Hailsham et surtout sur le reste du monde, qu'il ne connaîtront pas avant l'âge de 17 ans. On suit leurs amitiés et leurs amours, on rit de leurs croyances enfantines (par exemple, un gardien leur décrit un jour Norfolk comme étant "un coin perdu", et les enfants croient d'abord qu'il s'agit de l'équivalent d'un bureau des objets trouvés comme il en existe un dans l'établissement, mais pour l'ensemble de l'Angleterre... Ce passage m'a fait d'autant plus rire que j'ai pensé à une certaine bloggueuse dont les marque-pages ont tendance à se faire la malle! Karine : essaie peut-être Norfolk? ;-) ) et on est triste aussi, mais je ne peux pas vous expliquer pourquoi sans spoiler (car même si c'est vrai qu'on sait assez vite les grandes lignes de ce système, il est tout de même plaisant de le découvrir par soi-même, je trouve).

Je dois dire que j'ai souvent été surprise par la sérénité de ces personnages (et de Kathy en paticulier) par rapport à leur condition bien qu'ils aient l'air de comprendre ce qui se passe. Malgré le fait que de nombreuses questions sérieuses soient posées (entre autres, l'art reflète-t-il l'âme?), certaines autres bien plus importantes pour moi ne le sont pas. Cela dit, il est fort probable que ce soit un choix délibéré de l'auteur et cela ne doit pas être considéré comme une lacune. Cela m'a simplement étonnée.

En tous cas, j'ai beaucoup apprécié cette lecture, même si j'ai un peu de mal à savoir pourquoi précisément ! Merci à Emeraude pour le prêt!

Je termine par quelques mots sur l'auteur, Kazuo Ishiguro. Cela vous surprend peut-être de trouver ce roman classé en littérature anglo-saxonne : c'est que Kazuo Ishiguro, né au Japon en 1954, est arrivé en Grande-Bretagne à l'âge de 5 ans et n'en est pour ainsi dire pas reparti depuis. Il a été décoré en 1995 de l'ordre de l'Empire britannique pour ses services rendus à la littérature, puis en 1998 il a été fait chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres français.

Les avis de Tamara, Emeraude et Fashion.

PS : Vous aurez (peut-être) reconnu dans le titre un extrait des paroles de "Je te donne" de Jean-Jacques Goldman qui me paraît particulièrement adapté à cette histoire...

14 commentaires:

Stéphanie a dit…

encore un livre de ma LAL que je ne suis pas prète de lire, ma PAL m'obsédant!
Je suis impatiente de lire ton avis sur ta lecture en cours :)

Emeraude a dit…

de rien :-)

Fantômette a dit…

Très bon roman, en effet. Qui questionne pas mal, en effet.

Fantômette a dit…

A part ça, le prochain VARGAS sort le 25 juin.

Lucile a dit…

@ stephanie : ce sera pour quand tu ne seras plus obsédée par ta PAL alors! ^_^ Et pour "La douceur des hommes", à force d'en lire trois pages par-ci par-là je vais bien arriver à le finir! :/

@ emeraude : :D

@ fantômette : merci pour la veille thématique sur Vargas! :)

Fantômette a dit…

Mais ce n'est pas une vieille thématique !!! C'est un TOUT NEUF qui arrive là, bientôt !! Avec Adamsberg le rêveur, et tout... Aaaargh ! On est quel jour, là ?

Lucile a dit…

@ fantômette : lol! une VEILLE thématique, une veille (pas une vieille)... :D

Fantômette a dit…

Oups ! Désolée.
Je vire parano là, non ?
Mais tu as raison, comme dirait Patricia PARRY, je suis un Veilleur (cf "L'ombre de Monfort").

Florinette a dit…

Je le lirais certainement, car ce livre me tente depuis un bon petit moment.
J'ai tellement aimé "La douceur des hommes" que j'ai hâte de connaître ton avis sur cette lecture !! ;-)

Lucile a dit…

@ fantômette : lol! Tiens je n'ai toujours pas lu L'ombre de Montfort! Cela manque à ma culture livresque!

@ florinette : oulala, avec Stéphanie vous me mettez la pression sur ce livre! ;-)

yueyin a dit…

bah je l'ai acheté celui-là et tu me donnes très envie de le lire tout de suite sans attendre mais les livres prêtés d'abord c'est la règle (enfin sauf si je craque ;-))

Lucile a dit…

@ yueyin : ah, tant mieux si je t'ai donné envie car j'ai eu beaucoup de mal à en parler! J'essaie de faire pareil par rapport aux livres prêtés mais depuis que j'ai pris cette résolution (ce matin!!) j'ai déjà prévu d'en récupérer deux... Hum, hum! ^_^

Fleur a dit…

Je dois être l'une des rares à ne pas avoir aimée ce livre...

Lucile a dit…

@ fleur : tu ne l'as pas aimé du-tout-du-tout? Qu'est-ce qui ne t'a pas plu?