Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

mardi 19 août 2008

Sur le fil...


Je vais vous avouer quelque chose. Je sais que cette première phrase vous pousse à imaginer un scoop énorme alors qu'il n'en est rien, alors autant vous le mettre tout de suite dans la tête : vous allez être déçus. Je vais vous avouer quelque chose, disais-je donc : la semaine dernière j'étais en vacances (ne vous plaignez pas, je vous l'avais bien dit!), et j'en ai profité pour appliquer le conseil ô combien judicieux qu'une bloggeuse avisée m'avait donné sur un quai de RER, alors que je me plaignais de peiner pour écrire mes billets de blogs - au coup par coup, sans aucune avance, "sur le fil" (où l'on note un premier lien avec le titre de ce billet)... Ceci est un point (heu, trois en fait...), je vous invite donc à reprendre votre respiration pendant que je vais relire ma phrase que je pressens être beaucoup trop longue et alambiquée... "Mais quel était ce conseil?", vous demandez-vous (au lieu de réfléchir au sens de ma phrase trop longue, car vous suivez, n'est-ce pas?)... L'idée était de lire plein de petits livres d'affilée pour avoir des billets d'avance et pouvoir prendre un peu plus de temps sur des bouquins plus volumineux. What a good idea, isn't it?

En élève studieuse et responsable, je m'attelai donc à la tâche en emportant avec moi plusieurs petits livres, qu'en plus on m'avait prêtés (et que donc je dois rendre relativement rapidement, n'est-ce pas)(quelle optimisation de mes lectures, quand même! Je m'épate parfois...), et voilà, il m'arrive aujourd'hui quelque chose de complètement ouf' : j'ai plusieurs lectures d'avance!! Dit comme ça, ça sonne bien. Dans la réalité je crois malheureusement que l'on devra plutôt dire : "j'ai plusieurs billets en retard"... Moralité à cette petite (?) introduction : je pense qu'une malédiction pèse sur moi qui me condamnera toute ma vie à être EN RETARD... Je sais que je m'expose ici à recevoir une foule de témoignages émus sur mes retards multiples et variés : mon premier/plus beau retard, ma meilleure excuse de retard, mon "meilleur temps", mes non-retards exceptionnels (accidentels??), etc. (Allez-y, sinon je vais être déçue... ;-) ) Tant pis! Au diable ma fierté! Bon, si on parlait de ce premier petit livre plutôt, hein?

ALORS.
Il s'agit d'une de ces petites choses qui constituent la CCB (Culture Commune de Base - à quoi pensiez-vous mesdames? (c'est là qu'on va encore voir que je n'ai pas du tout les mêmes références que vous, suis sûre que je vais encore faire un bide...)) du petit groupe de bloggueuses que je fréquente... C'était le cas avec celui-ci, celui-là, ou encore celui-ci, ou celui-là... Dans ce cas, c'est Laetitia qui m'a cloué Soie dans la main (vous verrez bientôt qu'elle a récidivé. Pour un peu elle m'aurait crucifié avec des livres, la sauvage! ;-) ) au mépris de mes vives protestations (Meuh non, il est tout piti-piti! Allez, hop! Tu me lis ça ou j'appelle ton père!). Après lecture, je dirais qu'elle a plutôt bien fait...

Depuis les épidémies qui déciment les vers à soie de l'industrie textile du Sud-Est (depuis 1861, donc), Hervé Joncour est chargé par les patrons de la soie de Lavilledieu d'aller chercher tous les ans des oeufs sains au Japon. En ce temps-là, il était tout juste possible de pénétrer sur l'île pour y faire du commerce, mais Hervé Joncour n'est pas un gars compliqué : on lui dit d'y aller, il y va. Au cours de cette histoire, il se rendra quatre fois dans un village proche de Shirakawa où Hara Kei, le chef local, lui fournira ses oeufs. Lavilledieu finance tous les ans ce coûteux voyage duquel dépend sa fortune, et Hervé Joncour fait la navette, suivant le fil ténu qui maintient prospères les industries de son village. (Vous n'aurez pas manqué de noter la deuxième allusion au titre...). Bien sûr, il sera question de femmes dans cette histoire. Ca, c'est l'histoire. Bon. Mais ce qui est remarquable, c'est que dans la forme, tout, absolument tout, est fait pour rappeler la soie. C'est extrêmement léger et vraiment joli, c'est doux et c'est froid, c'est épuré et c'est brillant.
Dès les premières pages, j'ai fait le parallèle entre le mode de narration d'Alessandro Baricco et un effet d'accéléré qu'on voit parfois au cinéma, vous savez, quand l'action des protagonistes ou l'agitation de la rue est résumée en quelques images accélérées voire saccadées et que seuls certains détails ou gestes sont filmés à vitesse normale ou au ralenti. Je ne sais pas bien comment l'auteur fait ça mais il le fait. Il résume en un chapitre (de quelques pages à peine - le livre en tout compte 142 pages, c'est dire!) un an de la vie d'un village quand le voyage d'Hervé Joncour (un paquet de temps à cette époque, tout de même) va être étiré sur 4 ou 5 fois plus de temps. Au final, je me dis qu'un voile de soie peut aussi bien flotter presque immobile dans l'air que glisser de vos genoux vitesse grand V... Des détails, des sentiments des gens, de leurs mots précis, on ne sait rien en dehors des épisodes de ralenti. Le rendu global donne des protagonistes qui semblent se laisser porter par les événements, leur obéir plus qu'autre chose. Seul l'un des personnages tentera un "acte significatif" qui apparaîtra finalement noyé, absorbé petit à petit, dans l'écoulement du reste du récit. J'ai aimé ce ronronnement.
Et puis il y a ce va-et-vient perpétuel, d'Hervé entre Lavilledieu et le Japon certes, mais aussi de la plume de Baricco, qui nous ressasse encore et encore les mêmes phrases. Presque les mêmes. A chaque fois, un détail change, pourtant. Et voilà qu'on se trouve sur un métier à tisser, à regarder le mouvement de la navette, toujours le même en apparence alors que petit à petit, elle dessine un motif. Avec un seul fil. Un motif, dans la soie, c'est un reflet ; ce livre en est plein.

C'est plus cet ensemble d'impressions qui m'a séduite dans Soie que l'histoire elle-même. Je pense qu'Alessandro Baricco aurait pu écrire n'importe quelle autre version, je l'aurais aimé autant pour son style. Je ne m'étendrai pas sur l'histoire, qui n'est pas selon moi inoubliable. Je l'aurai sans doute vite oubliée mais je garderai une très beau souvenir de cette lecture!

Un grand merci à Laetitia pour le prêt, donc! :)

Les avis de Laetitia, Fashion, Delphine, Stéphanie, Karine, Chiffonnette, Yueyin...

11 commentaires:

Fantômette a dit…

Tout pareil que toi, malgré l'avis globalement mitigé (voire âpre) de la blogosphère. Ouf !

Karine a dit…

Moi aussi j'ai aimé. Moins que "Novecento: pianiste" mais quand même, j'ai apprécié cette lecture... contrairement à à peu près tous ceux que je connais!!!

Lucile a dit…

@ Fantômette : :) Je n'avais aucun a priori sur ce livre en fait, car j'en avais très peu entendu parler (sauf par Fashion, pas convaincue, mais c'est la seule parmi tous les liens que je donne là...). Ce n'est pas plus mal car j'aurais pu en attendre plus, du coup! ^_^

@ Karine : alors il faudra que je continue de découvrir Baricco! Merci pour ce conseil! ;-)

Laëtitia a dit…

Maintenant, tu vas me faire le plaisir de lire "Novecento pianiste" je te le colle d'office dans ton sac à main à notre prochaine rencontre. Et ne rechigne pas sinon j'appelle ta mère. Bon...

Lucile a dit…

@ laetitia : lol! (enfin, non : j'ai peur, pour de vrai...)

Caro[line] a dit…

Il manque quelqu'un dans ta CCB... enfin bon, j'écris ça mais j'dis rien. Mais quand même. J'en pense pas moins.

Lucile a dit…

@ caro[line] : tiens, tiens, mais de QUI veux-tu parler?... Qui se souvient de lui? ;-)

Anjelica a dit…

Il m'attend dans ma PAL :)

Lucile a dit…

@ anjelica : j'espère qu'il te plaira! :) Tu reviendras pour me le dire?

orchidée a dit…

moi aussi j'ai adoré, et j'ai lu le livre grâce à ton billet et celui de laetitia ... je vois que tu récidice en ce moment avec le même auteur ! à priori trè sbon choix ... j'attends le billet

Lucile a dit…

@ orchidée : salut à toi et bienvenue ici! :) Je découvre ton tout jeune blog par la même occasion... Hé bien écoute, en Baricco tu vas être servie car je prépare aussi un billet sur "Sans sang" que je viens de finir (et que j'ai beaucoup aimé!) A très vite! :D