Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

dimanche 23 novembre 2008

Vagin, je crie ton nom!


Il y a quelques mois, dans les couloirs du métro parisien, on pouvait voir de grandes affiches portant un gros coeur en griboullis rouges. Ca attirait incroyablement le regard. Ces affiches faisaient la promotion des Monologues du Vagin. Et je dois avouer que j'ai bien vite baissé les yeux à chaque fois qu'ils se sont levés sur ces affiches. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être pour que personne ne me voie en train de regarder ça? Ou parce que ça me donnait l'impression de regarder le vagin de quelqu'un? Enfin, c'est très bizarre, mais voilà : comme tout le monde j'ai du mal avec ce mot, un drôle de blocage pour quelqu'un qui se targue d'être ouvert.

Je n'ai pas été voir la pièce, il y a quelques mois (et je l'ai regretté quand j'ai eu les échos ultra-positifs des copines qui y avaient été), mais quand les bloggeuses présentes ce soir-là ont proposé de faire tourner auprès des autres blogueurs et blogueuses deux exemplaires des Aventures de ce fabuleux vagin, j'ai sauté sur l'occasion de découvrir de quoi il s'agissait. Et je ne l'ai pas du tout regretté!

Comme sans doute beaucoup de monde, je ne connaissais que la pièce, et de nom seulement : je n'avais aucune idée de ce qu'elle pouvait bien raconter. A vrai dire, j'imaginais plutôt quelque chose de purement comique voire un peu grossier qu'un ensemble de textes engagés contre les violences faites aux femmes. Aussi j'ai appris énormément de choses en lisant ce livre de Moïra Sauvage, une journaliste particulièrement intéressée par toutes les questions concernant les femmes.

Primo, ça m'a donné une irrépressible envie de voir la pièce. Que dire de plus? Rien. Je VEUX voir cette pièce! Avec mon homme. Voilà.

Secondo, j'ai découvert l'existence de V-Day, le mouvement qu'Eve Ensler a créé suite à l'immense succès rencontré par sa pièce afin de transformer ses convictions en actions concrètes. Le principe? Partout autour de la planète, des bénévoles organisent des "V-days" (avec un V comme vagin bien sûr mais aussi comme violences, ou encore Valentin, car aux Etats-Unis notamment, de nombreux V-days sont organisés le 14 février. Le V a aussi été utilisé pour inciter le public à se soucier de la prise en compte des femmes au moment de leur vote). Ces journées sont l'occasion de représentations bénévoles de la pièce qui permettent de récolter de l'argent pour une association locale luttant contre les violences faites aux femmes. Il s'en organise chaque année de plus en plus et ce, partout dans le monde, même dans des pays où les organisatrices risquent leurs vies pour donner ces représentations.

Le livre est construit autour d'un nombre impressionnant de témoignages récoltés par Moïra Sauvage auprès de bénévoles, de personnalités ayant soutenu la cause d'Eve Ensler, d'hommes aussi (car il y en a!), sans parler des propos d'Eve Ensler elle-même. De tout cela, on tire une seule conclusion : quelle femme! Quelle énergie! Et avec quelle justesse a-t-elle réussi à fédérer toutes ces femmes (et hommes) à partir d'une pièce de théâtre! Au-delà des différences culturelles, religieuses, générationnelles, tout le monde est touché par ce qui est dit dans cette pièce et, bien que logique, ça semble incroyable. Pourquoi n'a-t-on pas été capable de cette prise de conscience plus tôt? Non, la violence envers les femmes n'est pas une fatalité (à ce moment du livre, j'ai beaucoup pensé à ce billet que j'ai lu chez Sébastien) bien qu'elles soient en première ligne dès que les choses tournent mal.

A travers les actions concrètes du mouvement V-Day, on est aussi invité à un tour du monde des violences envers les femmes, depuis les foyers pour femmes battues dans les réserves amérindiennes, jusqu'à la chirurgie pour reconstruire les femmes violées ou excisées en Afrique, en passant par la reconnaissance du drame des femmes de réconfort en Asie sans oublier les meurtres de jeunes femmes à Ciudad Juarez (ce dernier exemple m'a bouleversée). Sur le fond donc, un livre qui donne envie de se bouger, de s'impliquer d'une façon ou d'une autre.

Sur la forme, Les aventures de ce fabuleux vagin est un essai organisé, chaque chapitre s'attachant à traiter un aspect particulier du "phénomène Eve Ensler". Les témoignages omniprésents rendent la lecture très dynamique et aisée, au risque parfois de faire un peu perdre de vue le propos général du chapitre.

En conclusion, un livre que je vous conseille vivement pour ses vertus motivantes et ses qualités pédagogiques.

Les avis de Caro[line], Amanda, Stéphanie...

PS : Le titre de ce billet, légèrement inspiré d'un célèbre poème, m'est venu dès le départ de ma lecture, quand j'ai lu ce passage : "[Les Monologues du Vagin] posent aussi des questions gênantes : pourquoi cette partie si importante du corps des femmes est-elle taboue au point que son nom même soit imprononçable?" (p.57). Je me suis dit que c'était vrai, que ce n'était pas normal que je baisse les yeux afin même de ne pas le LIRE en public, et que donc, à l'instar des spectateurs de la pièce, je crierais moi aussi "Vagin!"... à ma façon! ;-)

5 commentaires:

orchidee a dit…

Je suis trés intriguée par cette lecture : j'ai vu les monologues du vagin deux fois (une fois sur Paris il y a 5 ans je crois et il y a deux ans dans ma ville) et à chaque fois le texte m'a vraiment plu... Par ailleurs j'ai fait un travail de thèse de médecine sur les violences conjugales... ton livre me semble dans la lignée de cette réflexion : je le note sur ma LAL

chiffonnette a dit…

Tout à fait d'accord avec toi!

Fantômette a dit…

Quelle qu'en soit la raison, "vagin" c'est moche. Mais "scrotum" ou "testicule" aussi...

Stéphanie a dit…

bon alors qu'attends tu pour aller la voir cette pièce? :)

Lucile a dit…

@ orchidee : oui, vu ce que tu me dis, "Les aventures de ce fabuleux vagin" ne peuvent qu'être en droite ligne de ton expérience!

@ chiff' : :) A ce propos, pourrais-tu me donner le lien vers ton billet? Il me semble que tu avais écrit un billet très complet regroupant plusieurs livres mais je ne l'ai pas retrouvé chez toi (ton index n'a pas un petit souci? ou c'est mon ordi? ou c'est... moi?! ^_^ )

@ fantômette : lol, oui tout simplement!

@ stéphanie : bah j'attends d'apprendre qu'elle passe pas loin! ;-) (ils la donnent encore à Paris?)