Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

vendredi 12 décembre 2008

A la folie...


Il y a longtemps - trèèèèèès longtemps - je me suis inscrite à mon premier challenge (et dernier à ce jour), consistant à lire cinq livres dans l'année. Attention pas n'importe quels livres, hein! Des classiques. Ca vous dit quelque chose? Non? Allez, c'était chez Fashion, et ça se passait .

Voyant qu'on était bientôt mi-décembre, je me suis dit que bon, quand même, ce serait bien de faire encore évoluer ce challenge - qui avait pourtant démarré sur les chapeaux de roue puisque, dès le mois de février (mon tout premier vrai billet, rendez-vous compte!), j'avais lu Orgueil et Préjugés. Je ne comprends pas ce qui s'est passé. Pourtant De grandes espérances et (depuis peu, certes) Autant en emporte le vent sont aussi dans ma PAL, mais allez comprendre, c'est toujours un autre livre qui m'a sauté dans les mains... Enfin, me voilà donc aujourd'hui à vous parler d'Amok, un recueil de trois nouvelles de Stefan Zweig parmi lesquelles figurant la "Lettre d'une Inconnue", un autre des titres Fashionnesques...

Déjà, j'ai presque honte de l'avouer mais il faut que je vous le dise : c'était mon premier Zweig (non, ne dites rien, je sais). Pourtant je n'avais pas l'impression de le découvrir totalement... Peut-être parce que j'avais vu une représentation de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme il y a quelque temps? Peut-être parce que j'ai beaucoup entendu parler de Zweig? Peut-être parce que son écriture est tellement vivante qu'on a l'impression de l'avoir toujours lue?

Cette réflexion, je me la suis faite assez rapidement après avoir commencé "Amok ou le fou de Malaisie", la nouvelle qui donne son nom à ce recueil : cette écriture dense mais souple m'a surprise et séduite tout à la fois, avant même que je sache ce que racontait ce texte. Il y est question, comme dans les deux autres, d'une passion folle, démesurée et forcément dévastatrice : celle d'un jeune médecin, expatrié en Malaisie pour le compte de la Hollande, qui livre son histoire au narrateur, la nuit, sur un paquebot. Lorsqu'une dame de la haute société de la ville lui a demandé un service délicat, le jeune homme a vu l'occasion d'inverser l'éternel rapport de domination qui préside à ses relations avec les femmes. Ce n'était pas une bonne idée...

Dans "Lettre d'une Inconnue", un écrivain à succès reçoit pour son anniversaire une longue missive d'une inconnue, qui l'aime passionnément depuis son adolescence. A travers les mots de cette femme dont, nous non plus, nous ne connaîtrons jamais l'identité, prend forme une passion qui fait long feu, qui évolue, qui tente parfois de se dire mais qui reste invariablement dans l'ombre. C'est à la fois la lucidité de cette femme et son défaitisme qui sont touchants ici, avec le sentiment, pour le lecteur, d'une vie gâchée à se tendre vers un but qu'elle ne semble pas vouloir se donner les moyens d'atteindre. On en ressort le coeur serré avec un gros soupir.

"La Ruelle au clair de lune" se démarque légèrement des nouvelles précédentes : bien qu'on y retrouve cette structure de récits enchâssés les uns dans les autres, elle se fait toutefois moins nette ici car le personnage principal n'est pas le simple dépositaire d'un témoignage. Et surtout, on "flotte" assez longtemps, comme le narrateur, dans une sorte de malaise et d'incompréhension de ce qui se passe. Le narrateur vient d'achever sa traversée de l'Atlantique mais a raté le train qui devait l'emmener en Allemagne. Il passe donc la nuit dans cette ville portuaire française et va se dégourdir les jambes dans les ruelles mal famées... Là, il entre dans un établissement douteux où il va être le témoin d'une bien étrange scène : une prostituée humilie l'homme qui est entré juste après lui dans la salle déserte, et qui réagit pour le moins étrangement à ces attaques. La suite de la nouvelle viendra éclairer cette scène, et l'on retrouvera des questions de rapport de forces, comme dans "Amok ou le fou de Malaisie".

Si cette troisième nouvelle m'a moins plu que les deux premières, c'est uniquement du fait de l'impression de malaise qu'elle m'a donnée (ce qui, donc, est tout à l'honneur de l'écriture de Zweig). Le recueil forme un ensemble très cohérent, tant sur le fond (un tour d'horizon des formes que peut prendre la passion amoureuse qui ne juge pas) que sur la forme (les fameux récites enchâssés, comme dans Vingt-quatre heures de la vie d'une Femme, d'ailleurs). Je me demande ce que donnait le regroupement de textes tel que l'avait voulu Zweig (jamais publié en France), qui comptait deux nouvelles supplémentaires...

En tous cas ce fut indéniablement une belle découverte. J'annonce : je suis conquise par la plume de Zweig! Merci à Fashion pour son challenge, qui en est à l'origine! Heu... Plus que trois! Hum. ^_^

Retrouvez les avis de Chiffonnette, Karine et Caro[line].

11 commentaires:

Caro[line] a dit…

Rassure-toi, moi aussi j'avais démarré ce challenge sur les chapeaux de roue et... pfiou... je ne sais pas ce qui c'est passé mais nous sommes à 3 semaines de la fin de l'année et il me reste 3 livres à lire, 3 pavés et des dizaines d'envie d'autres livres. Alors bon... c'est mal barré.

Et comme toi, j'ai découvert Zweig à l'occasion de ce challenge. Mais contrairement à toi, je n'ai pas lu les 3 nouvelles, seulement "Lettre d'une inconnue". Les deux autres m'attendent dans ma PAL. :-)

Ys a dit…

Que celui qui a lu tous les classiques du monde lève la main !
De toutes façons, l'avantage avec les livres, c'est qu'ils restent là, bien gentiment à attendre qu'on les lise. Et même si je ne participe pas au challenge en question, il est bénéfique puisque j'ai déjà lu il y a peu tout le bien que Karine pense de ce livre et que j'ai maintenant moi aussi l'occasion de bientôt combler une lacune.

Lucile a dit…

@ Caro[line] : ouf, je ne suis pas seule! ;-) Mais bon, on va le finir ce challenge, hein? Juste un peu hors-délai, c'est tout! ;-)

@ Ys : Merci pour ton commentaire : j'adhère totalement à ce que tu dis sur les livres qui nous attendent sagement! (même si c'est pas bon pour ma PAL : moi j'aime qu'ils attendent sagement, mais dans ma bibliothèque! ^_^) Et merci de m'avoir rappelé que Karine avait écrit un billet, le lien est fait! ;-) Bonne lecture à toi!

Karine :) a dit…

Nous sommes synchro sur celui-ci! J'ai sincèrement adoré... mais je pense que j'adore Zweig tout court! Je seconde entièrement pour l'écriture vivante!

amanda a dit…

il est ds ma LAL depuis longtemps celui-ci comme tous les zweig pas encore lus...;)

chiffonnette a dit…

Plus qu'un pour moi! J'espère que je vais y arriver!! :-)) Ceci dit, Zweig est un fabuleux écrivain, une plume comme on en rencontre peu!

Lucile a dit…

@ Karine : :) j'en ai deux autres dans ma PAL que je ne tarderai pas à lire, je pense!

@ Amanda : c'est bien qu'il soit dans ta LAL, souligne-le ou surligne-le, ou stabilote-le! ;-)

@ Chiffonnette : oui j'ai cru comprendre que tu étais pas mal avancée sur ce challenge! Je crois en toi, chiff'! Tu vas y arriver! ;-)

fashion a dit…

Ben quoi, plus que 3! Tout est possible! :)))

Lucile a dit…

@ fashion : merci d'avoir foi en moi! ;-) Et encore merci pour ce challenge en tous cas! :D

Praline a dit…

Héhé, Zweig ne déçoit jamais !

Lucile a dit…

@ Praline : oui c'est ce que j'ai cru comprendre, et j'espère le vérifier bientôt! :)