Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

mardi 6 janvier 2009

Je serai pour toi unique au monde


Lou est une fillette de 13 ans, surdouée, à l'orée de l'adolescence. Avec ses deux années d'avance, le décalage avec les filles de sa classe est criant, tant du point de vue du physique que de l'aisance relationnelle. Lou évite donc généralement de se faire remarquer. Prise au dépourvu par son professeur d'économie qui lui demande de réaliser un exposé devant toute la classe (mission impossible pour cette grande timide), elle donne sans réfléchir le sujet des jeunes femmes SDF. C'est ainsi qu'elle se retrouve à demander à Nolwenn (dite No), une jeune fille à la rue qu'elle a rencontrée à la gare d'Austerlitz, de l'aider à préparer son exposé. Celle-ci accepte, marquant ainsi le début de la prise de conscience puis de la révolte de Lou (qui ne supporte pas la réponse facile que lui font souvent les adultes que "les choses sont comme elles sont") et de leur difficile amitié.

Voici un roman qui fait du bien. Pas une grosse claque, mais simplement le rappel de ce qui se passe dans notre pays, sous nos yeux, et qu'il est si facile d'oublier en détournant un peu le regard. Pour autant, le propos ici n'est ni moralisateur, ni idéaliste, et c'est un tour de force sur un sujet aussi délicat, qui nous concerne tous mais que nous ne connaissons pas pour autant. Ici, pas de généralité, de théorie sur la précarisation : on s'attache au cas particulier de No, une enfant "qui n'a pas eu de chance" comme on dit, et qui, pour n'être pas née au bon endroit, verra sa vie sacrifiée. Point non plus de discours du style "il suffit d'écouter ce que ces gens ont à dire, de leur donner les moyens de s'en sortir" : Delphine de Vigan n'apporte pas de réponse. Elle ne prétend pas parler à la place d'un quelconque SDF, et je l'approuve complètement pour avoir évité de se placer du point de vue de No : ses réactions et son discours, vus de l'extérieur par Lou, sont parfois incompréhensibles mais donnent au lecteur le loisir de les interpréter. Sans avoir côtoyé de SDF ni lu de témoignages ou autres, il me semble en tous cas que le personnage de No est extrêmement crédible.

La petite Lou est également très attachante. Entre enfance et adolescence, elle m'a fait penser par moments à Paloma, l'enfant surdouée de L'élégance du hérisson, avec sa façon de pousser les raisonnements, de s'interroger sur tout. Lou a la révolte en plus : elle veut arriver à faire changer "les choses", elle y croit (plus ou moins selon le stade de l'histoire) et se donne les moyens de réussir, ou au moins d'essayer. Le roman la dépeint comme une petite fille opiniâtre et courageuse, gérant de front son épuisante amitié avec No, sa mère dépressive et sa relation privilégiée avec Lucas, le cancre de la classe (qui, malgré ses quatre ans de plus, s'attache à Lou (qu'il appelle "Pépite" - c'est chou ^_^)) mais qui garde certains côtés enfantins par moments. J'ai trouvé ce personnage très réussi, sans compter que son jeune âge et sa vision idéalisée de la société permettent à l'auteur de poser certaines questions toutes simples, de faire évoluer sa vision du monde...

"Avant, je croyais que les choses avaient une raison d'être, un sens caché. Avant je croyais que ce sens présidait à l'organisation du monde. Mais c'est une illusion de penser qu'il y a des raisons bonnes ou mauvaises, et en cela la grammaire est un mensonge pour nous faire croire que les propositions s'articulent entre elles dans une logique que l'étude révèle, un mensonge perpétué depuis des siècles, car je sais maintenant que la vie n'est qu'une succession de repos et de déséquilibres dont l'ordre n'obéit à aucune nécessité." (p. 247)

Pour résumer, c'est une lecture que je conseille à tous, pour l'effet "piqûre de rappel" et la fraîcheur de Lou.

Retrouvez aussi l'interview de Delphine de Vigan sur auteurs.tv.

P.S. : Vous aurez sans doute reconnu dans le titre de ce billet une célèbre phrase du Petit Prince à laquelle Lou fait plusieurs fois référence au sujet de son amitié avec No.

5 commentaires:

chiff' a dit…

Je suis presque convaincue!

Lucile a dit…

@ chiff' : pourquoi "presque"? Tu avais déjà entendu parler de ce livre avant? Si ça t'intéresse, je peux te le faire passer! :)

Florinette a dit…

Je l'ai vu à la biblio, la prochaine fois je serai quoi faire ! ;-)

Karine :) a dit…

Je l'ai noté il y a un moment... mais si je regarde la couverture, je crois que ça veut dire qu'il est en poche non?? Si c'est le cas, je me précipite dessus!!! Le thème me tente bien et je suis curieuse de voir comment il est traité.

Lucile a dit…

@ florinette : oui, je pense que tu ne prends pas beaucoup de risque à l'emmener la prochaine fois! Tu viendras me dire? :)

@ karine : celui-ci est sorti dans la collection Piment chez France Loisirs (format poche, mais prix un peu plus élevé). Et figure-toi qu'il est censé sortir en poche aujourd'hui même, 11 janvier 2009, chez Le livre de Poche!