Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

lundi 2 février 2009

Vacances à la mer


Lors du jeu "Jean-Philippe Blondel", archi-alléchée par les billets enthousiastes de Caro[line], Stéphanie, Amanda et Fashion, j'avais joué. J'y avais cru à mort, même. Jusqu'au dernier moment... Mais j'ai perdu... "Pas grave!", m'étais-je écrié sur-le-champ, "Tu me les prêteras, hein, Caro?! (sourire angélique-encore-plus-que-d'habitude)". Notamment, celui-ci - le premier "JPB" comme on dit (ou ... pas?!) sur lequel j'avais lu tant d'éloges dans ma découverte des blogs littéraires - me tendait ses pages et sa toute petite tranche si mimi de tout petit livre de poche le dernier coup que je suis allée prendre le thé... Alors voilà, avec permission de sa détentrice, je l'ai emmené avec moi...

Dans ces pages, que trouvons-nous? Nous découvrons un récit (je devrais dire vingt récits, pour être tout à fait précise) qui se déroule sur quatre périodes de narration : 1972, 1982, 1992 et 2002 (oui oui, dix ans d'écart à chaque fois, c'est bien cela). Ces témoignages nous emmènent sur différentes plages de France. Des familles s'y retrouvent au gré des hasards et livrent avec leur multitude de voix les récits de parties de l'histoire globale qui se dessine peu à peu aux yeux du lecteur. Au passage, notons que chaque témoignage pourrait presque être considéré comme une nouvelle tant il est travaillé (certains s'y prêteraient merveilleusement bien, je pense au deuxième chapitre : parfait, vraiment!). Le tout forme un enchevêtrement de douleurs, de secrets de famille plus ou moins bien cachés, que le lecteur remet en place comme les pièces d'un puzzle pour voir se dessiner un grand tableau avec beaucoup de détails et plusieurs croisements de destinées, sans jamais réellement former un seul et unique "tout" (ce n'est pas du tout une critique, et même au contraire, mais simplement c'est ce à quoi je m'attendais moi-même en ouvrant le livre). Pour finir, Jean-Philippe Blondel nous offre en guise d'épilogue un ensemble de "documents joints" (articles de presse, courriers administratifs...) ce qui est une excellente idée pour nous donner des pistes sur la vie de ses personnages "une fois refermé le livre" si on peut dire, tout en laissant un champ très large à notre imagination pour prendre le relais.

Je vous dirai que ces vingt chapitres et presqu'autant de narrateurs différents font qu'il n'est pas toujours évident de s'y retrouver entre les familles et les différents personnages. Cela a encore plus mis le doigt ici sur une sorte de paresse que j'ai d'ordinaire de ne pas vraiment faire l'effort de retenir les noms des personnages : je les reconnais plus que je ne les lis, la faute à la méthode globale (d'apprentissage de la lecture, N.D.L.R.) à n'en pas douter. En général, les noms des personnages revenant régulièrement, je m'en sors toujours, sans même m'en rendre compte (sauf quand les prénoms sont d'une autre culture et me forcent à revoir mes critères de reconnaissance des mots, un peu comme en islandais ou en turc). En l'occurrence, avec très peu de redondances des personnages, mon processus d'identification automatique s'est trouvé quelque peu mis à mal, à devoir réfléchir tout le temps aux liens entre les personnages ("alors voyons, ils ont le même nom, 20 ans ont passé, donc ce doit être...") et au vécu de chaque famille... Heureusement c'est un livre, et on peut donc facilement faire des aller-retour entre les différents chapitres (le premier qui se moque de la pertinence de mes propos, je le dénonce à Laetitia et il se verra forcé de lire l'intégrale de Duras! ... Ah-ha! On rigole moins, là, hein?! ;-) ). Mais au final - et avec un minimum de patience, quand même - on reconstitue l'ensemble sans trop de difficulté.

Sans vouloir préjuger de l'ensemble de l'oeuvre de Blondel, je note toutefois ici un réel talent pour croquer les personnages : on rencontre des femmes étouffées par leurs maris, des petits vieux délaissés, des ados excités ou révoltés ou surdoués, des types écoeurants, des gens bien... Ils sont de façon générale très crédibles (même si, pour être tout à fait franche, une ou deux fois j'ai trouvé certains traits de caractères trop caricaturaux) et vous accompagnent encore un moment après votre lecture.

Pour conclure, donc : une très agréable découverte de cet auteur que je continuerai à lire, pour sûr! ... Plus qu'à savoir par lequel je poursuis!

Merci à Caro[line] pour le prêt! :)

Les avis, entre autres, de Caro[line], Fashion, Stéphanie, Amanda, Tamara, Emeraude, Florinette, Papillon...

J'en profite pour vous parler de BOB, j'ai nommé Blog-O-Book, le marque-page des bloggueurs qui veulent savoir qui parle de quoi. En effet, je suis allée y faire un tour pour mes liens sur ce billet! Très très pratique! :) L'ensemble des bloggueurs qui ont publié un billet et qui se sont manifesté (ou ont gentiment été inscrits par leurs copains) sur Accès direct à la plage est donc listé ... Un grand bravo à Kesalul et à Madame Charlotte (à qui on doit déjà la carte des LBF) pour ce travail titanesque et en perpétuelle évolution qu'est BOB! Je sens qu'on va s'en servir de celui-là!! (je rajoute même le p'tit lien à droite, tiens!) :D

5 commentaires:

A_girl_from_earth a dit…

Une lecture qui a l'air bien sympathique! Je vais y regarder de plus près!
En attendant, je t'ai tagguée sur le thème de la PAL!:) (hâte de voir ça mouhahahaha!)

amanda a dit…

tu n'as plus qu'à lire le autres à présent!

Lucile a dit…

@ A_girl : oui c'est plaisant et ça se lit très vite! :) Ok pour le tag, je vais voir ça... (Et non, je n'ai pas oublié ton tag d'il y a pusieurs mois sur la musique... Juste j'ai pas encore pris le temps de me poser pour y répondre... La honte! :/ )

@ amanda : exactement! :D

Karine :) a dit…

J'en ai un de cet auteur à lire chez moi, gracieuseté de Caro[line] mais celui-ci me tente beaucoup aussi.

Lucile a dit…

@ Karine : ah, c'est lequel que tu as? (Caro[line] est décidément la bienfaitrice de la blogosphère (cf. mon billet du jour sur Proust)! :D )