Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

vendredi 13 février 2009

Vous reprendrez bien un peu de coquebin?

Revoilà déjà le vendredi (à cet instant, je pense "Mon Dieu dans quoi me suis-je lancée, avec un jeu hebdomadaire?!") et la désormais traditionnelle inspection des filets du début d'après-midi... Autour des mailles cette semaine, il y a eu A_girl, Eliane, Julien, Phil et Yohan, que je remercie tous bien chaleureusement pour leur dur labeur! Ils se sont donné beaucoup de mal sur ce coquebin qui, personnellement, m'évoque plus une chanson de Nougaro qu'autre chose ("Le coq et la pendule", dont les derniers mots sont "coq au vin"). Enfin, je m'égare...

La véritable définition était donc :

Coquebin, -ine, subst. et adj. Fam. et vx :
I. Subst. (masc. le plus souvent). Jeune personne, le plus souvent jeune homme niais, innocent. La niaiserie, la timidité des coquebins; avoir l'air d'un coquebin. Un très jeune coquebin, facilement amusable (COPPÉE, Franc-parler I, 1894, p. 147). La surveillance assidue par le clergé des coquebins et coquebines (BERNANOS, Gde peur, 1931, p. 447) : ... je ne vois vraiment pas ce qui dans mon attitude, a pu vous autoriser à me traiter de coquebin. ANOUILH, La Répétition, 1957, II, p. 42.
II. Adj. Niais, naïf.
A. [En parlant de pers.] Un air coquebin. [Paraître] bien jeunet et même un peu coquebin (COPPÉE, Franc-parler II, 1896, p. 180). Des conscrits chenus ou coquebins (A. ARNOUX, Roi, 1956, p. 127).
B. [En parlant de choses] [Écrire] une langue tout à la fois (...) coquebine et farouche (HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 208). De coquebines et centenaires appréciations (BLOY, Journal, 1903, p. 148).

Ah! enfin, je vous mets en déroute! Après le mot "trop-facile-tout-le-monde-connaît-sauf-moi", après le mot-Titanic (Premier commentaire. Touché. Coulé. Pas drôle. Je boude. ^_^), après le mot "t'es-pas-très-loin-on-va-dire-que-ça-va", enfin voici LE mot inconnu! Pour la première fois donc, nous n'avons pas de gagnant sérieux cette semaine, bien que vous ayez exploré de multiples possiblités allant de l'ameublement à la musique en passant par les moyens de transport, la cuisine ou la nature humaine (mais pas dans le bon sens). Bravo pour votre imagination débordante en tous cas!

Transition toute trouvée avec la suite, donc : comment désigner un pêcheur de loufoque cette semaine? Car vous êtes particulièrement doués, mes amis, je tiens à vous le dire! N'empêche, en bonne agronome de formation qui se respecte, je ne résiste pas à saluer comme il se doit l'arrivée parmi nous de Yohan, qui me prend par les sentiments avec ses p'tites poules. Pour lui, "coquebin" est donc un terme invariable du patois cot-cotesque normand traduisant l'hésitation, l'indécision (ex. : "Coquebin qu'oui, coquebin que non"). Je suis fan! :D


Quant au mot de la semaine, je vous propose de plancher quelques jours sur

algide

On se retrouve au plus tard vendredi prochain 14h, donc, sauf si j'arrive à rédiger mes billets en retard d'ici là... ce dont je suis loin d'être sûre!

P.S. : Et comme toujours, pour ceux qui auraient besoin de se rafraîchir la mémoire, les règles du jeu!

8 commentaires:

Kathel a dit…

algide
définition sérieuse : adj. insensible à toute forme de douleur, physique ou morale (par analogie avec frigide et rigide, le préfixe alg- signifiant douleur)

définition moins sérieuse : n.m. utilisé le plus souvent au pluriel (XVIIe-XIXe siècle) Les algides sont des maladies vénériennes touchant en particulier les marins ou les voyageurs au long cours, et provenant à la fois de rapports non protégés et du manque de vitamines C et E. Ces algides ont disparu à notre époque.

orchidee a dit…

je suis en manque d'inspiration ...

Yohan a dit…

Merci pour cette mention, suite à ma première participation. Je réfléchis pour le nouveau ;-)

Phil a dit…

Déf sérieuse : adj synonyme de léger, aérien, éthéré.

Pour le fun : un Algide est un vieux beau, personnage récurrent de certaines pièces de théâtre. Les dramaturges avaient recours à ce personnage pour se moquer des ambitions des hommes âgés qui cherchent à plaire à des femmes plus jeunes.

Éliane a dit…

déf. pas louf : qui ressemble à une algue ou à une plante d'eau(du préfixe "alga" : qui croît dans l'eau et du suffixe "ide" : en forme de)

déf. louf : Algide, personnage de Corneille, dans le Cid, et surtout après quelques verres de cidre lors de la St-Valentin, cela donne : Algide, as-tu du coeur ?

A_girl_from_earth a dit…

1) algide (adj.): propriété de ce qui est à la fois rigide et agile, souple (ex: les matières caoutchouteuses).

Nous ne voy- pardon, je ne vois pas d'autres définitions.

Praline a dit…

algide est un mot de circonstance, il est lié à la sensation de froid si je ne m'abuse. Après dans le détail...
Algide est aussi un auteur français assez connu que nos amis les chtis apprécient : "Ah, l'Gide, ch't'un bon gars qu'écrit ben"

Lucile a dit…

@ Kathel, Phil, Eliane, A_girl et Praline : merci à vous! Participations enregistrées! A tout à l'heure! :)

@ orchidée : arf, zut! J'espère que ça ira mieux avec le prochain! :)

@ Yohan : Gong! Too late pour cette fois! ;-) Mais le nouveau mot sera bientôt là! :)