Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

samedi 28 mars 2009

Walkin' my baby back home



Le livre de Poche a l'art de me proposer des romans que je n'aurais jamais lus de moi-même. Celui-ci ne déroge pas à la règle, et s'est avéré, comme les autres, être un fort agréable moment de lecture.

Nous suivons ici l'histoire de la jeune Pénélope, âgée de 18 ans dans l'Angleterre de 1955 qui connaît, à l'instar des Etats-Unis et du reste du monde occidental, la griserie des années d'après-guerre. Cette jeune fille, issue d'une famille noble mais ruinée, rencontre un jour de manière très étrange Charlotte à un arrêt de bus : dès lors, sa vie s'en trouvera transformée par l'extravagante jeune fille et sa curieuse famille.

Sur la forme, L'amour comme par hasard est un roman très agréable à lire : hormis quelques traductions approximatives à mon sens, le style est très vivant et émaillé d'humour. Sur le fond, je définirais ce roman comme de la chick-lit transposée aux années 50 (des jeunes filles parlant de leurs rêves, de leurs doutes, d'amour, de pop stars... enfin : de Johnnie Ray!) et mettant notamment en lumière le clivage entre une génération marquée par la guerre et les privations et la suivante, celle des baby-boomers, pour laquelle la vie n'est qu'un tourbillon facile de musique et autre divertissements - les magazines féminins sont notamment mis en avant (comme moi, vous avez sans doute en tête les réclames de l'époque montrant des photos de femmes au foyer épanouies, pour vanter les mérites d'un frigo ou d'un fer à friser...). J'ai aimé découvrir ces "années 50"-là, sans trop de surprises, certes, mais bien distinctes de l'image très "U.S." qu'on en a généralement : la guerre a évidemment laissé en Europe plus de traces qu'aux Etats-Unis. Ainsi, le Coca-Cola et les cafés aux murs pastel ne m'ont pas fait la même impression que les clichés outre-atlantique que j'en avais jusqu'à il y a peu...

Ajoutons que nous sommes de nouvau en présence d'un roman à bande originale, comme Derrière toute chose exquise, à ceci près que le style de musique est différent : ici on assiste aux premiers succès de la musique pop dans les années 50 (dans le troisième roman de Sébastien Fritsch, on était plutôt dans une ambiance jazz). Pénélope, Charlotte et surtout Inigo (le jeune frère de Pénélope) sont ainsi des mordus de la nouvelle musique en provenance d'Amérique. A l'époque, Johnnie Ray occupe une place de choix, auprès des jeunes filles en particulier, pas encore détrôné par le "King". Du coup, j'ai aussi découvert ce chanteur tout comme j'avais découvert la musique d'Oscar Peterson lors de ma dernière lecture... (Bon, par contre là je suis passée à Elvis, quand même plus agréable à écouter...).

Enfin, dernier petit détail que je tenais à préciser : j'ai été frappée, dans une scène en particulier, par la similitude entre Milton Magna, la magnifique - mais fatiguée - demeure de la narratrice, et Angelfield, le manoir de Vida Winter dans Le treizième conte. Ca m'a fait plaisir de tomber sur cette ressemblance au détour d'un chapitre, car j'avais adoré l'ambiance de ce roman quand je l'avais lu, il y a maintenant pas loin de deux ans (mais la ressemblance s'arrête à la maison!).

Une lecture vraiment agréable, avec sa part d'enseignements sur un "âge d'or" pas si lointain... Merci au Livre de Poche!

Retrouvez aussi les avis de Brize, Delphine, Malice et Praline.

P.S. : Le titre de ce billet est aussi celui d'un des succès de Johnnie Ray...

6 commentaires:

keisha a dit…

D'abord, la couverture est superbe, ensuite tous les lecteurs apprécient le contenu!
J'ai donc procédé à un échange de livres entre blogueurs pour le recevoir... car le LP ne me connait pas!

Brize a dit…

C'est vrai que Johnny Ray ne m'emballe pas non plus !
En tout cas, on passe un bon moment avec ce livre : sûrement pas un grand roman mais il en faut aussi, des comme lui !

uncoindeblog@yahoo.fr a dit…

:))
Un moment de détente;-D

Lucile a dit…

@ Keisha : vive le réseau des bloggeurs! :)

@ Brize : ah, tu as été écouter toi aussi? :)

@ Delphine : oui! Finalement, je crois que j'ai toujours dit ça des romans que nous a proposé le livre de poche! ^_^

chiffonnette a dit…

Je vais finir par le lire ce roman!

Lucile a dit…

@ chiffonnette : c'est un bon moment, tu verras! :)