Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

mercredi 1 avril 2009

Chuuuuut!

Bon, je classe ce billet dans la catégorie "Club des Théières" étant donné qu'il correspond au thème que nous avions retenu pour notre rencontre de février, qui avait été annulée pour cause de plannings trop chargés. Ca me donne un peu l'impression d'avoir fait mes devoirs du coup! :) Et donc, le thème en question était "un roman adapté à l'écran ou une novellisation" (le phénomène inverse, nettement plus rare). Je me suis donc penchée sur ce petit roman qui était dans ma bibliothèque depuis deux mois, gentiment envoyé par macopinejulie (copyright Caro[line]) avec sa carte de voeux... Je peux déjà vous dire qu'en plus d'être une adorable attention en soi, ce fut une excellente idée de sa part!

Le narrateur (dont on ne connaîtra jamais le prénom dans ce livre, mais qui est en réalité l'auteur lui-même) nous raconte le lourd secret sur lequel est bâtie sa propre existence : ce qui se cache derrière ce frère qui n'existe pas mais qu'il a toujours su avoir. Une histoire longtemps tue, donc, qu'une voisine et amie (de longue date) de la famille va lui dévoiler progressivement, au fur et à mesure qu'il grandit, tandis que ses parents, Maxime et Tania, parfaits dieu et déesse du stade, resteront silencieux.

Malgré une écriture plutôt factuelle et de ce fait relativement "froide", j'ai beaucoup aimé ce roman. Sans aucun doute, c'est l'histoire qui m'a séduite, ce drame familial dont on peine à croire qu'il s'est réellement produit. A ce sujet, je me demandais quelle part du récit était autobiographique : j'ai trouvé cet article qui permet de faire le tri (en résumé : la part inventée est bien mince). La force de ces faits est justement décuplée par les phrases simples employées et l'absence de pathos dans l'écriture. Personne n'est jugé d'avance ; il semblerait même que les personnages qui sont au centre du récit (Maxime et Tania) sont encore plus mis à distance que les autres... Ils paraissent froids, semblent ne rien éprouver que de mécanique et rationnel, ce qui donne l'impression qu'ils sont figés sur du papier glacé (on dirait que le champ sémantique du froid m'inspire, sur ce livre!) au milieu d'un monde qui vit et meurt autour d'eux... Vraiment réussi!

J'ai aimé aussi suivre l'évolution de l'histoire familiale reconstituée à différents âges par l'enfant, le tableau final étant évidemment complètement méconnaissable au vu de la version initiale... Ces transpositions somme toute très picturales se prêtaient donc à merveille à réaliser une adaptation cinématographique d'Un secret (je ne l'ai pas vue, donc je ne sais pas si elle est bonne ou pas, en tous cas je peux dire que je n'aurais choisi ni Ludivine Sagnier, ni Cécile de France si j'avais été au casting...).

Un court roman que je vous conseille vivement!

Merci Julie! :)
Retrouvez les avis d'autres lecteurs d'Un secret grâce à B-O-B!

6 commentaires:

chiff' a dit…

J'avoue qu'il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable!

Karine :) a dit…

J'ai aimé cette lecture mais le ton froid m'avait un peu laissée à côté de l'histoire. Je me suis sentie plus interpellée en y repensant ensuite que pendant ma lecture même!

Brize a dit…

Mon commentaire initial a dû se noyer dans les spams, dont je me répète : ce roman m'avait déçue car je n'accrochais guère à ce que je lisais...

Lucile a dit…

@ chiff : ah oui? La distance du narrateur peut-être? (Nana non plus n'a pas accroché... ;-) )

@ karine : je comprends. J'y ai moi-même repensé longtemps après avoir femré le livre : l'histoire a vraiment fait son chemin dans mon esprit! :)

@ brize : on a encore l'illustration des accueils variés pour un même livre! :) Et toi alors? C'est l'histoire qui ne t'aurait pas plue?

Brize a dit…

Il n'y a rien qui m'ait franchement déplu : je pense que j'en attendais davantage, compte tenu de tout le bien que j'en avais entendu, or je n'ai pas eu l'impression de rencontrer une lecture marquante (pour moi).

Lucile a dit…

@ Brize : ok! C'est souvent le problème quand on entend trop parler d'un livre (ou d'un film ou autre...) : on est vite déçu... :)