Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

dimanche 12 avril 2009

"On ne peut pas collectionner la femme qu'on aime"


Cela fait plus d'un an maintenant que je fréquente Caro[line], aussi j'estime avoir réalisé une prouesse en ayant attendu tout ce temps avant de lire un livre de David Foenkinos, le premier auteur-chouchou de la miss (j'avoue tout de même avoir lu non pas un, mais les deux romans parus à ce jour de Nicolas Cauchy, l'autre auteur-chouchou)... Mais sous la pression, j'ai cédé : lors de l'une de nos dernières rencontres, la Caro en question a fourré Le potentiel érotique de ma femme dans mon SLAT ("sac de livres à trimballer", what else?). Plus moyen de se défiler... Ce fut plutôt une bonne initiative de sa part cela dit, car j'ai passé un très agréable moment de lecture, avec même de bonnes tranches de rigolade.

Hector, le héros de ce roman, est atteint de collectionnite aiguë : il a à peu près tout collectionné de ce qui peut se collectionner, depuis les classiques timbres jusqu'aux piques apéritif (!!!). Devant le non-sens de sa vie, qui s'est jusqu'alors condensée hors de lui dans des objets, Hector traverse une sérieuse période de doute et de vide. Sans conviction, il tente de se soigner. Il rencontre de nouvelles personnes, dont Brigitte (dans des circonstances très particulières), qu'il va épouser pour mener une vie des plus normales... Jusqu'à ce que la collectionnite repointe le bout de son nez.

Ce résumé ressemble assez à celui qu'on peut lire en quatrième de couverture, et c'est bien embêtant car je viens de me dire après l'avoir lu qu'il n'était pas terrible... En fait, il faut en arriver jusque là pour que la partie de l'histoire qui donne son titre au roman démarre, et il faut savoir que cela se situe à la moitié du livre environ... Ce qui ne veut pas dire que l'on s'ennuie avant, rholala non! Pour ma part, c'est même cette première partie du roman qui m'a le plus plu, tellement j'adore la façon de raconter de David Foenkinos, avec d'incessantes et réjouissantes digressions dans sa narration de la vie d'Hector avant Brigitte.

Certes, c'est du coup plus la forme que le fond qui m'a plu, l'histoire étant évidemment fort improbable (ce pauvre Hector cumule une famille plan-plan à mourir, des amis très bizarre, sa monomanie ravageuse...). Pour lui rendre toutefois justice, le roman aborde innocemment et sans prétention la question des bizarreries de chacun et est truffé de multiples petites phrases qui font mouche sur l'amour, les collections ou sur tout et n'importe quoi, des petites phrases qui sonnent un peu comme un cheveu sur la soupe (oui je sais, ça ne fait pas tant de bruit que ça, un cheveu sur la soupe, mais vous voyez l'idée, je suppose! Et j'en profite pour vous signaler qu'il sera également question de soupe dans ce roman... mais de quoi n'est-il point question dans Le potentiel... justement?!), qui arrivent surtout quand on ne les attend pas et qui n'en sont que plus savoureuses.

Un auteur que je relirai probablement, dans la catégorie divertissant et un brin farfelu (catégorie que j'affectionne particulièrement)... Merci Caro[line]! :) Je vous conseille ce livre-ci en tout cas!

Retrouvez les avis de Caro[line], bien sûr, mais aussi de Chiffonnette, Praline, Emeraude...

5 commentaires:

Praline a dit…

Effectivement, ce livre t'a plus plu qu'à moi !

Karine :) a dit…

J'ai bien aimé sans pour autant me passionner pour ce livre. Il m'a manqué un petit quelque chose. Je relirai bien autre chose de l'auteur, par contre!

Caro[line] a dit…

Dis donc, je me rappelle plus trop bien des circonstances, mais si je t'ai fourré ce livre dans ton SLAT, c'est que tu me l'avais demandé, non ? :-)))

Bon, en tout cas, tu me donnes très envie de le relire !!! Heureusement que j'ai un autre exemplaire à la maison. ;-)

chiff' a dit…

J'ai moins aimé que toi mais ça a été quand même un bon moment!

Lucile a dit…

@ Praline : yes!

@ Karine : oui, idem pour continuer ma découverte!

@ Caro[line] : tu as raison, c'est moi qui te l'ai demandé... Même que je l'ai pris dans ta bibliothèque de moi-même... :) La pression est plutôt auto-appliquée dans ce cas! ^_^

@ Chiff' : je comprends!