Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

jeudi 21 mai 2009

"Dans leur galbe gris et blanc un univers se trouvait reflété"


Au XVIIe siècle, à Delft (aux Pays-Bas), la jeune Griet est engagée comme servante chez les Vermeer. Elle est notamment chargée de faire le ménage de l'atelier du peintre sans rien déplacer. Fascinée par le personnage taciturne de Vermeer, par sa façon bien particulière de représenter les gens et les choses, très sensible à l'esthétique d'une composition, à l'influence d'un éclairage, Griet se voit confier de plus en plus d'importance dans le travail de l'artiste. Parce qu'elle est jolie et farouche, Van Ruijven, un ami de la famille principalement intéressé par les fraîches servantes, commande le portrait de Griet à Vermeer.

Vous connaissez sans doute ce tableau de Vermeer, sans doute le plus connu de l'artiste après la fameuse Laitière (reprise aujourd'hui sur nombre de yaourts de la marque du même nom). Pour ma part, je l'avais découvert en Histoire de l'Art au lycée, où il m'avait déjà frappée par sa pureté, l'intensité de ce regard, l'impression de réalité qui émane de ces lèvres entrouvertes et du reflet sur la perle... J'ignorais alors qu'on surnommait aussi cette toile "La Joconde du Nord", mais, comme vous le comprenez, j'adhère totalement à cette comparaison (j'aurais même tendance à la faire dans l'autre sens, m'enfin bref, passons...). Tout comme pour le tableau de de Vinci, on ignore l'identité de la jeune fille représentée ici. Qu'à cela ne tienne : Tracy Chevalier reconstitue pour nous l'histoire du modèle et de la naissance du tableau. D'ailleurs, dès lors qu'il a été question de cette fameuse toile (pas si tôt que ça dans le roman), j'ai fait de nombreux allers-retours avec la couverture pour m'assurer de certains détails mentionnés par l'auteur (et évidemment exacts, quelle question!).

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman historique. Si je n'hésite pas à employer ce qualificatif, c'est qu'en dehors de l'histoire précise du tableau, tout (le contexte social, les intérieurs des maisons, les techniques de création des couleurs, les coutumes, la ville de Delft en 1665...) me semble être parfaitement exact. Entendons-nous bien : je ne suis pas une spécialiste du XVIIe siècle hollandais, hein! Mais simplement tout ce décor, toute cette histoire, les noms des gens, leurs métiers, leurs quartiers, leurs paroles sonnent terriblement naturels et allant de soi. J'ai vraiment adoré me fondre dans cette ambiance-là, imaginer à quoi ressemblait la vie en ce temps-là... Au passage, je précise que Tracy Chevalier ne dépeint nullement une ville sale et insalubre comme je m'imagine toutes les villes de cette époque (et même du siècle suivant, comme Paris dans Une éducation libertine, par exemple...) : au contraire, étant donné que l'héroïne passe beaucoup de temps à faire lessive, ménage et autres tâches du même acabit, le XVIIe siècle a (littéralement) redoré son blason (au moins hygiénique) à mes yeux.

En deuxième position, après la qualité de l'ambiance rendue par l'auteur, j'ai beaucoup aimé le personnage de Griet. A la fois d'un caractère bien trempé et complètement en adoration devant le maître (souvent, il n'est désigné que par un pronom, de sorte que quand un "il" ou un "lui" ne sort de nulle part, on sait forcément qu'il s'agit de Vermeer tant elle l'adule), elle se fait de son mieux une place dans cette maisonnée soudée. Entre Maria Thins, la belle-mère du peintre - une femme intelligente et juste mais intraitable qui tient tout le groupe d'une main de fer -, Catharina, sa femme (sans arrêt enceinte, jalouse et calculatrice), Tanneke, l'autre domestique (la "laitière", justement ; paresseuse mais complètement dévouée à Maria Thins, jalouse de la place privilégiée de Griet auprès du maître) et les enfants (notamment Cornelia, la chipie du groupe, mauvaise comme sa mère...), Griet fait preuve de beaucoup de finesse et d'intelligence pour se faire respecter tout en obéissant aux ordres, donner son avis tout en conservant son humilité de servante illettrée. Une jeune fille aux convictions solides et saines, au destin tout ce qu'il y aura de plus banal (si l'on excepte ce tableau) mais à laquelle on ne manque pas de s'attacher.

Un roman que je vous conseille donc vivement! Tracy Chevalier a repris le même principe de réinventer l'histoire d'une oeuvre avec La dame à la licorne, que je tenterai peut-être un de ces jours s'il vient à me passer entre les mains! :)

Merci à macopineadeline (copyright Caro[line] :) ) pour le prêt!
Je vous renvoie vers le billet Blog-O-Book dédié à ce roman pour les autres avis de bloggeurs!

P.S. : Ce livre a lui aussi fait l'objet en 2004 d'une adaptation au cinéma avec, dans le rôle de Griet, Scarlett Johanson (que je n'avais pas du tout reconnue sur l'affiche!) et dans celui de Vermeer - j'entends déjà hurler dans le public - Colin Firth (itou). Je serai également curieuse de voir ce que ça donne! (Ca va m'en faire, des films à voir! ^_^)

13 commentaires:

Praline a dit…

Très beau livre, qui colle complétement à l'ambiance des tableaux de Vermeer. Tout parait calme et simple mais en fait, beaucoup de dureté derrière !

Caro[line] a dit…

Quoi ? Tu n'es pas pas une spécialiste du XVIIe siècle hollandais ? Zut ! Moi qui croyais ! ;-) (Ouais, bon, mes blagues du matin ne sont jamais bien terribles... :-))

Tiens, tu me donnes très envie de découvrir ce roman !!! A l'occasion... :-)

Lucile a dit…

@ praline : tout à fait d'accord! :)

@ caro[line] : oui, je pense que tu ne risques pas grand'chose à lire ce roman! :) Malheureusement, ce n'est pas mon exemplaire, je ne peux pas te le prêter (je l'ai déjà rendu à sa propriétaire)... :/
Sinon moi je l'aime bien ta blague! :)

Caro[line] a dit…

Tu sais, je crois au destin : si je dois lire ce livre, il croisera ma route un jour. :-)))

fashion a dit…

Le roman ne m'a pas emballée plus que ça et le film est toujours dans la PAV. Vivement les vacances!!! :)))

Lucile a dit…

@ caro[line] : tout à fait d'accord! J'applique de plus en plus ce principe moi-même. ;-)

@ fashion : j'espère que le film te plaira plus, alors! (Mon dieu, une PAV! Je vais éviter d'en commencer une car il y a tellement de films que je veux voir que je vais me retrouver submergée en moins de 2!)

uncoindeblog a dit…

Pour ma part je suis totalement accroc au bouquin et l'adaptation n'est pas mal du tout, même si certains éléments des toutes premières minutes sont plus faciles à comprendre lorsque l'on a lu le roman :))
Et suis totalement addict à Vermeer donc je vous laisse imaginer quel "musée" fut mon premier objectif lorsque je suis allée à NY :s
@ Caro[line] : fais-moi signe le jour où tu souhaites le lire :)

Caro[line] a dit…

C'est noté Delphine ! Merci !

Lucile a dit…

@ Delphine : ah, une autre convaincue alors! :) Ce film m'intrigue, décidément!

A_girl_from_earth a dit…

Ahlala j'avais totalement été séduite par l'écriture de l'auteure et par l'histoire. Un roman que je relirais volontiers! Par contre je n'ai pas encore osé m'aventurer dans les autres romans de l'auteure 1) les critiques sont moins bonnes 2)j'ai envie de rester sur ce superbe souvenir de lecture...

Lucile a dit…

@ a_girl : oui pour les autres romans, j'ai moi aussi l'impression qu'ils ne sont pas aussi bons à ce que j'en ai lu ça et là... Sur ce coup-là je vais appliquer la "méthode Caro[line]", à savoir : faire confiance au destin! S'il passe entre mes mains (ou pas trop loin) je tenterai "La dame à la licorne", mais je n'irai pas le dénicher au fond d'un bac chez un bouquiniste, non non non, foi de moi! :)

Karine:) a dit…

Comme tu le sais, je l'ai bien aimé, celui-là. Surtout pour la description de l'époque de la peinture et pour les descriptions de tableaux. L'ambiance est bien! Et je n'ai pas encore vu le film... malgré Colin! C'est une honte!!

Lucile a dit…

@ Karine : je suis d'accord sur tout! :) (bah, une honte, tu y vas peut-être un peu fort! ;-) )