Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

dimanche 24 mai 2009

Et Ben alors?

Il m'est difficile de poser un premier mot dans ma fenêtre de composition de billet tant j'ai du mal à me faire une idée de ce court roman, qui m'avait été très très vivement conseillé par une amie et qui, finalement, me laisse franchement indifférente...

Harriet et David forment un couple à la fois atypique et très conventionnel : ces deux personnes, plutôt antipathiques lorsqu'elles sont prises isolément (elles sont engoncées dans des principes très rigides, centrées sur elles-mêmes et désireuses de le rester) forment, dès lors qu'elles se sont constituées en couple, l'image même de parents heureux à la tête d'une ribambelle d'enfants, au mépris de ce qui est raisonnable ou non. A peine mariés, ils font l'acquisition d'une immense maison qu'ils s'appliquent à remplir d'enfants et de vie autour de deux événements récurrents : les fêtes de Noël et de Paques, qui rythment le récit. Chaque fois plus nombreuse (enfants, grands-parents, amis...), la tribu sermonne gentiment Harriet et David pour avoir un train de vie qu'ils ne pourraient pas se permettre sans le soutien financier de James, le père (compréhensif et millionnaire) de David, et matériel de Dorothy, la mère de Harriet, qui vit chez le jeune couple la plupart du temps pour soulager la perpétuelle jeune maman. Bon, évidemment, la même tribu vient deux fois par an se goinfrer et passer du bon temps aux frais de la princesse et dans la bonne humeur générale, donc tout va bien... Tout va bien jusqu'au cinquième enfant. Alors même qu'Harriet et David s'étaient enfin résolus à se laisser un peu de temps avant de mettre un autre bébé "en route"comme on dit (tout de même, quatre enfants en à peine six ans, ça commençait à faire...), voici que de nouveau le couple doit se préparer à accueillir un enfant. Mais celui-ci ne suscitera pas comme les autres joie et bonheur insondable : dès son existence de foetus, le petit Ben va au contraire constituer une épreuve pour le couple et pour la famille entière.

Cette histoire que nous raconte Doris Lessing est censée être marquante par le cauchemard qu'elle raconte, depuis la grossesse d'Harriet jusqu'à l'adolescence de ce cinquième enfant (pendant environ les trois derniers quarts du roman). Je suppose que la pointe de fantastique devrait accentuer cette sensation... Bon, mes conditionnels veulent tout dire : pour ma part, ça n'a pas du tout fonctionné. Je ne me suis ni attachée, ni identifiée aux personnages, et suis même plutôt restée très froidement spectatrice de tout cela... Certes, ce qui arrive à cette famille est incroyablement horrible, triste et sans issue, et je ne souhaite cela à personne, mais je n'ai ressenti aucune compassion pour eux. Ce Cinquième Enfant m'a laissée sans réaction. Suis-je sans coeur? Blasée? Hum, peut-être! ^_^ Ou alors je n'accroche pas avec l'écriture de Doris Lessing? Bon, je tenterai peut-être autre chose de la dame avant de laisser tomber : elle a quand même reçu le prix Nobel de littérature en 2007... D'ailleurs si vous avez des suggestions, n'hésitez pas!

Les avis des rats de biblio (globalement très bons) ici.

P.S. : Le monde de Ben, paru en 2000 (soit 12 ans après celui-ci), s'attache à décrire la vie de Ben à la sortie de l'adolescence et depuis son point de vue à lui. Pourquoi pas le tenter un jour (d'autant qu'il n'est pas bien épais non plus), pour savoir ce qu'il advient de ce curieux garçon et aussi pour connaître sa façon de penser...

4 commentaires:

pom' a dit…

je n'ai pas lu celui ci mais je garde un très bon souvenir de monde de Ben

Lucile a dit…

@ pom' : dans ce cas, je pense que l'histoire de l'enfance de Ben vue de l'extérieur pourrait t'intéresser! :)

Karine:) a dit…

J'ai eu du mal avec le seul livre de Lessing que j'ai lu (pas parce que ce n'était pas intéressant mais parce que je m'y suis franchement perdue) mais je demeure curieuse face à celui-ci... il faudrait que je réessaie.

Lucile a dit…

@ Karine : c'était lequel? Bah celui-ci n'est certainement pas mauvais, mais j'en avais entendu tellement de bien que j'ai été un peu déçue, quoi... :)