Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

samedi 16 mai 2009

Né en 17 à Leidenstadt


Une ville d'Allemagne à l'automne 1957. Michaël, 15 ans, vit une passion de quelques mois avec Hanna, de 20 ans son aînée. Cette aventure, terminée aussi étrangement et abruptement qu'elle a commencé, est essentiellement composée de sexe, de disputes (Hanna est profondément versatile et colérique) et de lecture (que Michaël fait à sa maîtresse). Pas loin de dix ans plus tard, le narrateur, devenu étudiant en droit, retrouve son amante de jadis au cours d'un procès sur les crimes nazis au cours de la seconde guerre mondiale : elle est sur le banc des accusés.

Le roman est composé de trois parties : la première axée sur la passion amoureuse des deux personnages, la seconde consacrée au temps du procès et aux réflexions de Michaël en rapport avec celui-ci, et la dernière traitant un laps de temps beaucoup plus long que les deux précédentes : l'après-procès. De chacune de ces parties se dégage une ambiance différente et des questionnements distincts. Prenons l'exemple de la perception d'Hanna : si au départ on cherche plutôt à comprendre ce qui anime cette femme mystérieuse et, à dire vrai, plutôt inquiétante, dans la seconde partie on perçoit ce même personnage comme fragile et désorienté, en un mot : pitoyable ; quant au dernier tiers du roman, il nous montre une femme apaisée, sereine, presque sage. Les pensées et le comportement de Michaël sont tout aussi changeants au fil du livre, à tel point qu'on a parfois du mal à se dire que c'est bien la même personne que l'on suit!

Ces variations mettent d'autant plus en évidence ce que l'on sait tous mais que l'on a souvent tendance à oublier, pour le confort de notre conscience, sans doute : la limite entre "gentils" et "méchants" peut être bien subjective, bien floue parfois... C'est ce que Michaël comprend lors du procès d'Hanna, à la lumière de leur aventure passée. A l'époque l'idée est d'autant moins tolérée que les faits en question sont encore trop récents et que, dans la nation des bourreaux, on souhaite se démarquer nettement des fameux criminels de la génération précédente, quitte à ne pas poser de questions à ses parents au cas où...

"Je voulais à la fois comprendre et condamner le crime d'Hanna. Mais il était trop horrible pour cela. Lorsque je tentais de le comprendre, j'avais le sentiment de ne plus le condamner comme il méritait effectivement de l'être. Lorsque je le condamnais comme il le méritait, il n'y avait plus de place pour la compréhension. Mais en même temps je voulais comprendre Hanna ; ne pas la comprendre signifiait la trahir une fois de plus. Je ne m'en suis pas sorti. Je voulais assumer les deux, la compréhension et la condamnation. Mais les deux ensemble, cela n'allait pas."
p. 177

Je tiens toutefois à préciser que Le liseur ne traite pas uniquement de la question de l'évaluation du degré de culpabilité d'une criminelle nazie. C'est également un roman sur la honte et la fierté, sur ce à quoi tient une vie, ou des milliers.

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman, qui entremêle victimes et coupables, chacun ayant à un moment ou à un autre le mauvais rôle, mais chacun éveillant forcément en nous au détour des pages pitié ou compassion. Ce brouillage des repères me paraît plus que salutaire pour éviter de sombrer dans la bêtise, et je comprends pourquoi certains professeurs choisissent de l'étudier en classe avec leurs élèves! Le secret d'Hanna donne également un côté tragique à toute son histoire. J'ai beaucoup aimé la façon dont il était dévoilé alors que je n'avais même pas soupçonné un secret quelque part : pas de suspense ni de tapage, simplement une intuition du narrateur qui relance l'histoire en portant sur elle un éclairage nouveau, qui la rend encore plus forte et marquante... Par ailleurs, ce roman m'a beaucoup parlé à travers de multiples clins d'oeil à mon vécu plus ou moins lointain. Il y a des livres comme ça, qui à un moment donné de votre vie fourmillent de détails en forme de coïncidences (qu'on n'aurait sûrement pas remarqués en faisant cette même lecture à quelques mois d'écart)... Pour ma part, j'y vois une complicité avec l'objet... (et après on s'étonne que je sois fétichiste! ;-) )

Il faudra bien toutefois que je finisse par rendre l'exemplaire que j'ai lu à sa propriétaire... Merci Laetitia pour le prêt! :) Quant à vous mes lecteurs, sachez que je vous recommande vivement Le liseur!

Retrouvez les avis de Laetitia, Karine, Jules...

P.S. : Ce roman a fait l'objet d'une adaptation au cinéma avec Kate Winslet dans le rôle d'Hanna. Ce détail m'intrigue au plus haut point (d'autant que l'actrice a reçu plusieurs prix pour son interprétation, dont le Golden Globe award de la meilleure actrice dans un second rôle), et je pense que j'essaierai de voir ce film à sa sortie en France (en juillet prochain)...

P.S. 2 : Wikipédia m'apprend que ce roman est partiellement autobiographique, question que je me suis posée au cours de ma lecture étant donné que le héros a le même âge, la même formation (dans le droit) et la même nationalité que l'auteur...

3 commentaires:

Karine:) a dit…

J'ai bien aimé, sans ressentir la même passion que tout le monde (du coup, je me dis qu'il faudrait que je le relise, de peur d'avoir manqué un truc) mais tout le questionnement sur la culpabilité, la honte, etc, j'ai trouvé ça bien intéressant!!

Quant au film, je veux le voir... mais en VO alors j'attends en DVD!

chiffonnette a dit…

J'ai beaucoup aimé ce roman que j'avais lu en allemand! Le seul et unique roman en vo allemande que j'ai lu d'ailleurs! Pour le lire aussitôt en français pour comprendre! :-)

Lucile a dit…

@ Karine : pour ma part non plus, je ne parlerais pas de "passion". D'ailleurs, je dois avouer que, comme souvent, c'est en rédigeant mon billet que mon jugement a fini de se forger (dans le bon sens en l'occurrence)! Et c'est marrant, j'étais à Londres ce week-end et il y avait des affiches pour la sortie du DVD! Je n'ai pas fait attention à la date, par contre...

@ Chiffonnette : respect pour la lecture en vo (je suis définitivement trop flemmarde pour arriver à m'y mettre... mais ça viendra... un jour! ^_^), même avec une relecture en français ensuite! ;-)