Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

dimanche 3 mai 2009

"Un art de création, et non de représentation"


C'est en passant totalement par hasard chez mon libraire (hum!) que ce petit livre m'a fait de l'oeil. Avec un titre comme celui-ci, comment en eût-il été autrement? Fidèle à mon habitude, après avoir ramené mon butin et l'avoir rangé dans ma bibliothèque, j'ai mis à peu près un an à l'en ressortir... (re-hum! Notez que ce délai est généralement beauuuuuuucoup plus long... :/ ) L'avantage, c'est que, quand bien même on a eu un jour une idée précise du contenu du livre, quand on s'en saisit de nouveau il n'en reste plus rien...

C'est donc presque avec surprise que je découvris le contenu de ce petit livre, traitant de la lecture sous la forme de 25 tout petits chapitres, de 3 à 5 pages chacun, formant un abécédaire. Notons à ce propos un certain sens de l'auto-dérision, puisqu'à la lettre D (chapitre intitulé "Dictionnaire!"), l'ouvrage en question - que j'ai pour ma part tendance à classer dans la même famille qu'un abécédaire - en prend pour son grade, accusé d'être le coucou des bibliothèques : "un jour on s'aperçoit que les livres alentour sont morts de poussière et que d'autres ont tout simplement disparu. Quand les dictionnaires ont pris possession des rayonnages, il est trop tard." p. 28 (Quel suspense, n'est-ce pas? ^_^ )

Chaque mot (de "Affinités" à "Zoïle" en passant par "Musique" et "Quiproquo") sert de prétexte à une réflexion sur la lecture : ce qui la caractérise (l'article "Cosmos" a notamment trouvé un bon écho en moi ; l'article "Enfance", qui revient sur la saveur de nos premières lectures, m'a aussi beaucoup "parlé"), ce qui la justifie, les différentes pratiques que l'on peut en avoir... Certes, certains chapitres paraissent un peu laborieux, et écrits pour caser un trou. Certains raisonnements paraissent aussi parfois tirés par les cheveux, et on n'est pas toujours d'accord avec tout. Par exemple, j'ai été hérissée par certaines catégorisations un peu rapides, du genre "dans la vie, il y a deux sortes de lecteurs : les bons et les mauvais" (peut-être parce que je me trouvais du mauvais côté? ^_^ Mais surtout parce que toutes les pratiques de la lecture me paraissent défendables et, quoiqu'il en soit, très personnelles donc non-critiquables).

Cela dit, j'ai aussi apprécié de bonnes trouvailles et des analyses vraiment intéressantes dans cet ouvrage (par exemple les articles consécutifs "Kaléidoscope" et "Lieux communs" qui expriment l'idée selon laquelle, avec les mêmes motifs de base réutilisés depuis toujours, les écrivains réinventent sans fin de nouveaux ... "Cosmos"). Au passage, notons que de nombreux liens ne manquent pas de se tisser dans l'esprit du lecteur que nous sommes d'un article à l'autre. Enfin, certaines réflexions m'ont un peu "perturbée", dans le sens où elles ont (re)mis en question ma pratique de la lecture. Pas de quoi m'empêcher de dormir, mais quand même, ça mériterait de s'y arrêter un peu sans doute! :)

En conclusion : un ouvrage sympathique et sans prétention à feuilleter de temps à autre, en picorant de-ci de-là, ce que je suis totalement incapable de faire! ^_^
P.S. : Le titre est une citation extraite du chapitre "Cosmos".

3 commentaires:

Karine:) a dit…

Et c'est quoi, un mauvais lecteur, selon l'auteur (je suis curieuse!!!) J'ai tendance à être d'accord avec toi pour dire que peu importe la façon de lire, personne n'a à juger ça!

Praline a dit…

Et donne-t-il des envies de lecture ?

Lucile a dit…

@ Karine : je ne sais plus très bien, car il y a eu ce genre de distinction plusieurs fois dans le livre, mais par exemple c'est un lecteur qui ne va pas forcément prendre un temps de digestion de ce qu'il lit... Ce qu'en dehors de la rédaction de mes billets de blog je ne fais quasiment jamais pour ma part! Enfin, rien de bien grave ni de forcément faux, d'ailleurs, mais bon c'est désagréable de se faire interpeller comme quoi on ne réfléchit pas assez à ce qu'on lit par un livre auquel il faudrait qu'on prenne plus le temps de réfléchir! ^_^ Sûrement pas faux que ma soif de livres me pousse à les consommer sans les apprécier vraiment... M'enfin, vaste débat, comme tu vois! :)

@ Praline : eh bien non, en fait. Pour le coup c'est vraiment très rhétorique, très théorique, très philo quoi... Il y a bien des citations des uns ou des autres mais rien qui m'ait plus que ça accrochée.