Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

vendredi 18 décembre 2009

C'est reparti pour un tour!


Voilà un petit moment que je ne vous ai plus parlé de Griffe d'Encre... Bizarre, bizarre! ^_^ Mais enfin, me revoilà pour vous dire quelques mots de la dernière novella qui vient de paraître chez eux : La Dernière Nécropole de Gabriel Eugène Kopp. Du même auteur, je vous ai déjà parlé ici de sa première novella chez Griffe d'Encre, Au nord-nord-ouest d'Eden, et de son recueil de poèmes Caraïbes. Ces deux livres étaient extrêmement différents, tant dans leurs formes que dans les sujets abordés. La Dernière Nécropole, bien qu'elle soit indubitablement apparentée à Au nord-nord-ouest d'Eden, présente aussi quelques petites similitudes dans la forme avec Caraïbes... Vous allez comprendre!

Quelques mots sur l'histoire, pour vous mettre dans le bain : nous sommes assez loin dans le futur et des scientifiques viennent de découvrir un artefact dans la ceinture de Kuiper (Kuiper n'étant pas une personne mais une formation sphérique d'"objets" située au-delà de l'orbite de Neptune, bande d'incultes ; vous aurez donc saisi qu'on a découvert quelque chose de louche loin dans notre système solaire). Cet artefact, vu de l'extérieur, a la forme d'un  tore (si vous préférez, c'est un peu comme un donut... Ah, je sens que ça vous parle mieux! :-) ). De l'intérieur, il ne ressemble à rien de connu : il renferme des milliers, des millions de corps, apparemment endormis. Au fur et à mesure de l'exploration de cet étrange objet, beignets et questions se multiplient, ouvrant les uns sur les autres, les uns sur les uns, et vice-versa... Qu'est-ce que ce beignet géant, comment expliquer ce qu'il s'y passe, et surtout pourquoi est-il là? Une exploration vertigineuse au fin fond du système solaire et un éprouvant voyage intérieur pour les hommes de l'expédition...

Bon, autant vous prévenir tout de suite : même si on trouve chez Griffe d'Encre tous les degrés dans les plumes fantastiques ou science-fictionnesques (car sur mon blog j'ai le droit d'inventer des mots! :-) ), sachez que cette novella est sans doute celle qui va le plus loin dans la science (le quatrième de couverture emploie même les mots de hard science, ce qui n'est pas peu dire!). Je vous conseille fortement de rester près de votre ordi pour solliciter régulièrement Wikitruc (ou alors d'avoir de sacrées bonnes notions en physique quantique et en topologie) pour pouvoir vraiment apprécier cette novella!

Car on a encore du lourd, passez-moi l'expression, avec cette histoire, et la trituration de méninges pour essayer de suivre vaut le détour! Comme dans Au nord-nord-ouest d'Eden, on a de nouveau l'impression de suivre avec peine l'auteur là où il nous emmène, toujours avec un petit temps de retard, en pressentant que c'est vraiment dingue ce qui se passe là, même si on ne saisit pas toutes les subtilités... J'avoue que parfois j'ai laissé tomber : sur une question notamment, qui m'a valu un long débat avec mon cher et tendre sur la nature ondulatoire ou particulaire de la lumière (véridique!), j'ai accepté de suivre l'auteur sans comprendre l'astuce. Mais sur tout le reste, je peux l'affirmer : ça se tient, au moins pour des non-spécialistes (pour les autres, je ne peux pas me prononcer). Et c'est ça qui est fou! Je suppose qu'on peut lire cette novella sans se plonger dans les notions scientifiques qui sont invoquées, mais si on se prête au jeu, ça marche... et c'est très troublant!

Notons que tout le monde a mis la main à la pâte (folle) dans cette histoire, à savoir l'éditeur qui a suivi le "délire" jusque dans la mise en page, traduisant visuellement certains événements du récit  avec des changements de police, des paragraphes se rapprochant des calligrammes de Caraïbes (immersion totale garantie!) ; l'auteur, qui nous offre une annexe flamboyante dans la droite ligne de son histoire et de l'homme qu'il est (et que j'apprécie beaucoup) ; et enfin l'illustrateur, Alain Valet, qui à mon sens a parfaitement traduit dans sa couverture l'esprit de l'histoire.

Une novella potentiellement exigeante mais qui ravira à coup sûr qui se donnera la peine d'essayer de suivre! ;-)

Comme toujours chez Griffe d'Encre, vous pouvez lire les premières pages ici.
Plus d'infos sur l'illustrateur ici, et sur l'auteur .


Griffe d’Encre

4 commentaires:

La Nymphette a dit…

Dis donc, tu sais que tu m'as donné envie...? aussi authentique que ton débat sur la nature ondulatoire/particulaire de la lumière! Je le note pour plus tard!

Lucile a dit…

@ La Nymphette : tant mieux! J'espère qu'il te plaira (tu reviendras me le dire, quand tu l'auras lu?) :)

chiffonnette a dit…

Comme d'habitude tu donne envie! Enfin, je le lirai sans doute un de ces quatre! Je ne résiste pas à Griffe d'encre!

Lucile a dit…

@ chiffonnette : Tant mieux! :) Moi non plus je ne résiste pas à Griffe d'Encre! ^_^ Bises!