Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

jeudi 10 décembre 2009

"Le talent ne surgit que d'un travail sur soi et sur sa langue."

En demandant ce livre à Babelio dans le cadre de l'opération "Masse critique", je pensais y trouver de petits exercices d'écriture indépendants les uns des autres (à vrai dire, je n'avais fait que parcourir très rapidement la liste des titres proposés, donc je ne reproche ce malentendu à personne d'autre qu'à moi!). Cet ouvrage est en réalité à classer plutôt dans la même catégorie que le Comment devenir un brillant écrivain d'Aloysius Chabossot, à savoir dans les conseils aux apprentis écrivains. Pour autant, je n'ai pas du tout été déçue par cette lecture, qui sera sans aucun doute utile à qui veut se lancer dans l'écriture sans trop encore s'être documenté...

Le livre s'articule en trente chapitres, formulés comme des questions : comment travaille un écrivain? Est-il possible d'innover en création romanesque? Comment donner vie à un héros? etc. Les principales formes littéraires abordées sont le roman, l'autobiographie et le scénario. A la fin de chaque chapitre, l'auteur propose un exercice pour appliquer dans l'écriture les "enseignements" du chapitre (je mets "enseignements" entre guillemets parce que l'auteur se défend justement de donner une façon de faire mais essaie au contraire de balayer les pratiques que l'on rencontre chez différents auteurs).

Avant d'aller plus loin, quelques mots sur l'auteur : Bernard Lecherbonnier est agrégé de Lettres et enseigne les littératures francophones à Paris XIII. Il s'est beaucoup intéressé au surréalisme (il a d'ailleurs publié des ouvrages à ce sujet), a également publié des romans, et connait bien le monde de l'édition pour avoir occupé des postes importants chez Nathan, Hachette et les Éditions de la Cité. Outre d'autres éléments de sa biographie, le plus important pour nous dans le cas présent est le fait qu'il ait fondé en 1995 l'Ecole supérieure de création littéraire, la première en France. Autant dire que la légitimité de ce monsieur à nous parler d'écriture semble établie.

Pour revenir à cet essai, dans les points positifs, j'ai vraiment apprécié les multiples citations et références à un panel d'écrivains vraiment large, depuis les classiques jusqu'aux contemporains. On sent vraiment que l'auteur s'est documenté sur le sujet de l'écriture et appuie ses dires sur de nombreux ouvrages, non seulement lus mais aussi analysés et "digérés". En outre, les interviews finales d'une directrice littéraire, d'un coach littéraire, d'un lecteur de scénarios et d'un spécialiste de l'autoédition m'ont beaucoup intéressée : les questions posées m'ont semblé très pertinentes (même si dans le cas de la directrice littéraire, quelques réponses étaient vraiment à côté de la plaque) et le point de vue de professionnels sur la question apporte beaucoup à l'ouvrage. Enfin, la manière générale d'appréhender l'écriture et le désir d'écrire m'a beaucoup plu : en effet, l'auteur ne cherche ni à flatter ses lecteurs par des formules du genre "laissez s'exprimer votre génie, vous écrivez des choses formidables", ni à les décourager en n'abordant l'écriture qu'à travers la perspective d'une publication (comme c'était le cas dans l'ouvrage de Chabossot). Ici, on nous dit plutôt : "vous avez envie d'écrire? Eh bien allez-y, voilà quelques idées qui pourront vous aider à vous améliorer". J'ai aimé cette démarche constructive qui laisse à chacun la discrétion de ses motivations profondes et de son talent.

En contrepartie, j'ai trouvé qu'il manquait une bibliographie à cet ouvrage, ainsi qu'une conclusion pour rebondir (et de façon générale, un accompagnement du lecteur, qu'on ne trouve que dans l'avant-propos). Et surtout, certains des chapitres, malgré leurs noms très prometteurs, sont tout de même un peu creux, n'abordent pas vraiment la problématique qu'ils annoncent. De même certains "exercices" proposés en fin de chapitres n'en sont pas vraiment, ou n'ont que très peu de rapport avec ce qui vient d'être dit.

Mais enfin, globalement il y a plus de positif dans cet ouvrage que de points faibles, et s'il ne constitue pas à mon sens une bible pour l'apprenti écrivain, il peut lui apporter une aide bienvenue.

Merci encore, à Guillaume en particulier, à Babelio en général et aux éditions First pour m'avoir permis de découvrir cet ouvrage!


livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

P.S. : Le titre de ce billet est la dernière phrase de l'avant-propos de l'auteur. Il avait précédemment rappelé que "le travail est la base de tout", "la condition essentielle, sine qua non". Pas de miracles à attendre donc, mais de la pugnacité à avoir!

3 commentaires:

Matthieu a dit…

Oui, enfin rien ne remplace un bon vieux Grévisse :) Et puis chaque écrivain a sa propre façon de travailler, non ? D'ailleurs, Lucile, je reviens un peu sur ce que je te disais l'autre jour : toutes les conjonctions de coordination ne sont pas soumises à la même règle par rapport à la virgule...
Amitiés,
Matthieu

Laëtitia a dit…

Dis, c'est quoi au juste un coach littéraire ?!!

Lucile a dit…

@ Matthieu : tout à fait! D'ailleurs, j'ai fait discrètement passer le message à qui de droit en cette période de fêtes... Hum! :D On verra bien! ^_^ Ok pour la virgule (deux de mes bouquins la conseillent par défaut avant un "mais"... Mais le Grévisse doit être plus complet à ce sujet!) A bientôt!

@ Laetitia : figure-toi que je me posais la même question en arrivant à ce chapitre... Eh bien le coach littéraire, en l'occurrence, t'aide à partir d'un projet de roman à le structurer, l'étoffer, etc. Tu vas le voir au stade du projet et il te suit après pendant un an / un an et demi tout au long de la rédaction puis ensuite pour la réécriture. Voilà. :)