Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

jeudi 22 avril 2010

"Tant qu'un lecteur n'a pas reposé son livre de plein gré, c'est un individu potentiellement dangereux"

Je vais aujourd'hui vous parler d'un livre qui n'a pas fait long feu, croyez-moi! Car, comme chacun sait, nous les LCA (lecteurs compulsifs anonymes, je le rappelle pour les éventuels novices) aimons qu'on  nous parle de notre passion des livres et de la lecture ; nous adorons nous reconnaître dans tel travers, ou nous démarquer d'une manie pourtant très répandue chez nos congénères... Un peu comme dans une thérapie de groupe, tous autant que nous sommes guettons les pulsions des autres, en nous disant : "Bon, ça va, je n'en suis pas à ce point-là" ou au contraire : "Ouf, je ne suis pas la seule!" Et autant avec Firmin cette attente de lectrice égocentrique avait été déçue, autant ici c'était en plein dans le mille!

Annie François, décédée en juin 2009 d'un cancer du poumon, était éditrice pour les éditions du Seuil. Mais avant d'être éditrice, elle était surtout une incorrigible LCA, comme nous le prouve cette myriade de tout petits chapitres consacrés à nos manies ou réflexions de bibliophages. On se reconnaît à tous les coins de page, de sorte qu'on pourrait penser que cette "autobiobibliographie" a été écrite pour nous! Bon, c'est vrai, certains chapitres nous touchent plus que d'autres : celui sur le rangement par exemple, ou sur les achats, m'a beaucoup plus parlé que celui sur la passion exclusive (dans lequel l'auteur explique que son compagnon et elle n'ont pas voulu d'enfants parce que "ça bousille les livres"). J'ai adoré me retrouver dans la description des x volumes qu'on emmène en vacances pour finalement : 1. ne pas en lire la moitié, et 2. en acheter d'autres sur place ; mais il ne m'est jamais arrivé de ne plus rien avoir envie de lire pendant deux semaines et la "boulimie livresque" (par exemple tout lire d'un auteur, ou m'en faire une bonne série d'affilée) n'est pas du tout mon truc. Il n'empêche, c'est agréable à lire parce que même si ce n'est pas à nous-mêmes que ça nous renvoie, ça nous évoque forcément d'autres lecteurs de notre entourage, des gens que l'on apprécie et avec lesquels on dissèque nos manies sans jamais se lasser (ça a quelque chose de pathologique, non? Je m'effraye moi-même en écrivant des choses comme ça! ^_^).

Bon, certes, cette dame est extrêmement cultivée et la plupart des titres et des auteurs qu'elle cite m'étaient complètement inconnus (j'ai tout de même constaté avec fierté que moi aussi j'avais lu Moloch de Thierry Jonquet et je ne sais plus quel autre titre). Je comprends que ça puisse frustrer, mais le propos de fond reste le même et compréhensible, et c'est tout moi quand même! Donc qu'importe! A noter cependant que je n'ai pas eu nécessairement envie de relever toutes les références en question. Peut-être parce qu'il y en avait trop, et parce que je sais que l'enthousiasme d'un LCA peut être vraiment débordant quel que soit ce qu'il lit... A noter également : Annie François n'est pas du tout pédante avec ça, et elle annonce sans rougir qu'elle n'a jamais lu nombre de "classiques"... Voilà qui la rend hautement sympathique et accessible pour une lectrice comme moi! 
Au chapitre de l'érudition toujours, j'aurais eu beaucoup beaucoup de mots à noter dans cet ouvrage en vue d'une pêche aux mots (mais va-t-elle finir par reprendre?!) si je n'avais pas eu la flemme de retourner chercher mon petit carnet à mots à l'endroit où je l'avais négligemment laissé...

Pour conclure donc, un excellent moment de lecture pour les amoureux des livres! 
Jérôme Garcin est de mon avis, ainsi que Moka. Caro[line] en revanche n'a pas trop accroché...

Merci beaucoup à Laëtitia, qui m'a offert ce livre!

P.S.: La citation qui sert de titre à ce billet provient de la page 74. J'aurai pu en relever une bonne douzaine d'autres (toujours la paresse d'aller chercher mon petit carnet)!

12 commentaires:

Kikine a dit…

J'ai l'impression que ce livre me plairait... je me demande si j'arriverai à m'identifier aussi ... Hop, je le note dans ma LAL

Karine:) a dit…

Moi zôssi je pense qu'il me plairait... j'ai plus ou moins aimé "Comme un roman" de Pennac... mais celui-ci se rapproche davantage des mes goûts, je crois!

Lucile a dit…

@ Kikine : l'essentiel des réserves que l'on pourrait avoir est développé chez Caro[line]. Si tu es toujours tentée, c'est que ça devrait te plaire!

@ Karine : J'ai lu dans les commentaires des billets que j'ai mis en lien pas mal de comparaisons entre ces deux bouquins. Ça m'intrigue, il faudra que je lise le Pennac!

La plume et la page a dit…

Je note!

Reka a dit…

Il est dans ma LAL depuis des lustres.
Je pense que la prochaine fois qu'il me tombera sous la main, je cesserai une bonne fois pour toutes de ne savoir sur quel pied danser.

Lucile a dit…

@ La plume et la page : je ne t'en blâmerai pas! ;-)

@ Reka : Héhé, ces LAL! ^_^ Le passage à l'acte, parfois, ne tient pas à grand-chose, et par moments semble impossible... Les voies des LCA sont impénétrables! ;-)

Hydromielle a dit…

Je l'ai lu il y a très très longtemps, mais j'en garde un excellent souvenir de ce petit livre.

Lucile a dit…

@ Hydromielle : je veux bien te croire! :)

Laëtitia a dit…

Ra-vie que tu aies passé un bon moment et si Jérôme confirme en plus... tu me le prêteras ?!

Lucile a dit…

@ Laëtitia : Encore merci! :) Et oui, je te le prêterai sans problème!

Emeraude a dit…

Ah oui, celui là il me tente depuis bien longtemps !!!

Lucile a dit…

@ Emeraude : Alors n'hésite pas à le lire, tu verras ça va très vite et je pense que les LCA ont vraiment de quoi se reconnaître dans ce bouquin!