Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

jeudi 13 mai 2010

Balades au grand air

Il y a quelques mois, je vous ai parlé du premier élément traité dans les anthologies de la maison d'édition Griffe d'Encre (que vous connaissez bien si vous fréquentez un peu ce blog) : il s'agissait de la terre. Si j'avais mis assez longtemps avant de vous en parler, j'espère me rattraper avec ce second opus consacré à l'élément air, paru fin avril. Si mon avis était plutôt mitigé pour le premier élément, je suis ici nettement plus enthousiaste...

Nous avons donc une anthologie regroupant 15 nouvelles d'auteurs que, pour la plupart, on commence à connaître pour les avoir déjà lus chez Griffe d'Encre. Je suppose que si j'ai mieux aimé ce livre-ci, c'est dans un premier temps pour la richesse inhérente au thème que les auteurs ont complètement exploitée, jusque dans le choix de leurs mots, avec un recours fréquent mais bien dosé à tout ce champ sémantique lié à l'air, au vent, à la respiration... On peut dire qu'ils ont été... inspirés!

Parmi les grandes fonctions de l'air qui ont été utilisées ici, on a évidemment celle d'élément vital plus ou moins mis à mal, pour une personne ou pour l'humanité entière ("L'Air d'en Rire", "La Remontée", "Privilège insupportable", "Armée de l'Air", "Un jour comme aujourd'hui", etc.), celle du vent ("Le Vent du désert", "Ava du ciel", "Un souffle de tendresse", "Conte de fées moderne et allégé"), mais également des mélanges savamment dosés entre différentes dominantes ("Du Mystère dans l'air", "Ascension", "Fallait pas gâcher").

Timothée Rey, dont j'avais déjà noté l'écriture remarquable dans Elément I : La Terre, confirme ici son talent avec la nouvelle "Fallait pas gâcher", le récit d'une enquête dans une station spatiale où une exposition d'art contemporain a mal tourné : sa présentation originale, en partie en deux colonnes qui se répondent, sert au mieux l'histoire qu'il raconte en nous plaçant en quelque sorte au même niveau que les enquêteurs.  On retrouvera une enquête policière dans "Juste pour un souffle" d'Isabelle Guso, que je ne connaissais pas encore, et dont une très bonne novella au thème délicat, Présumé coupable, doit paraître prochainement chez Griffe d'Encre. Quant à l'art contemporain, on le retrouve aussi dans la très jolie nouvelle "Du Mystère dans l'air" de Hélène Cruciani, l'auteur d'Expéron : on y suit un artiste très coté dans le futur, l'inventeur de la sculpture en aérogel (un matériau composé d'air à 98%), depuis ses doutes et questionnements égocentrés à son ouverture sur les autres et le monde en général grâce à ... de l'air, du vent! Jeanne-A Debats, dont je vous ai parlé ici et , nous montre avec "Privilège insupportable" son côté sombre (mais néanmoins brillant ; je l'aime moins cependant que ce que je connaissais déjà d'elle... En tout cas, je me réjouis de la lire bientôt dans un recueil de textes à paraître en juin... Devinez où? !). Elle imagine une civilisation forcée à la vie souterraine par des conditions de vie létales à la surface de la Terre ; dans cette nouvelle cité, l'accès à l'oxygène est un privilège régi très strictement et qui doit absolument être justifié. Une ambiance pesante et contrôlée qui m'a rappelé Bienvenue à Gattaca et où il y a de quoi psychoter...

Vous trouverez dans cette anthologie du cynique (évidemment, Yan Marchand, celui de Comme un poison dan l'eau et des autres, est caché derrière ce mot avec sa nouvelle "Ascension", mais également Aurore Perrault et son "Merchandairsing" ou Benoît Giuseppin et sa nouvelle "Sous vide"), de l'émouvant ("Un souffle de tendresse" de Marie Leblion), du "qui-finit-bien" ("La Remontée", de luvan, dont la construction et la maîtrise du rythme sont vraiment remarquables à mon sens ; "Conte de fées moderne et allégé" de Dominique Bélière)... ou pas! 

Mais ma préférence pour ce volume va sans conteste à "L'Air d'en Rire" de Li-Cam (l'auteur de l'excellent Lemashtu, que je vous conseille toujours) où l'on découvre le portrait par petites touches savamment déposées d'Anamoly, leader charismatique d'un groupe de musique dans un monde confiné à des villes souterraines pour cause de pollution trop importante à la surface. Dans cette nouvelle comme dans son roman Lemashtu, Chroniques des stryges, Li-Cam démontre encore une fois sa capacité à capter une énergie de la jeunesse, un optimisme et une insouciance salutaires dans les systèmes bien établis et ronronnants. Une nouvelle qui donne du punch, envie de sourire, de bouger, de crier, de redevenir ado pour tous les bons côtés qu'on a souvent tendance à oublier. J'ai adoré!

Voilà, donc un très bon ouvrage, avec des textes qui confirment des auteurs qu'on connaissait déjà, mettent en lumière des petits nouveaux (luvan notamment est à suivre, à mon avis) et nous donnent un grand bol d'air frais. A noter, la jolie façon de l'anthologiste, Magali Duez, de nous dire au revoir : avec une petite bise, une chanson pour enfants toute légère sur le thème du vent! ^_^

Retrouvez toutes les informations sur cette anthologie sur le site des éditions Griffe d'Encre ; vous pouvez également lire le début de chaque nouvelle ici.

L'illustration de couverture est de Magali Villeneuve, tout comme la bannière ci-dessous.

2 commentaires:

Stéphanie a dit…

J'ai adoré le premier, l'un de mes auteurs chouchou fait partie aussi de ce second opus... c'est pas pour aider ma PAL ça! :)

Lucile a dit…

@ Stéphanie : tu parles de "Ouvre-toi" c'est ça? Elle me fait très envie celle-là! Tu vois, on fait tir croisé sur nos tentations griffées! ^_^ Veux-tu que je te monte celui-ci en juillet?