Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

samedi 15 mai 2010

"Je tiens les petites filles pour les êtres les plus parfaits sur terre"

C'est sur ces mots que débute ce que j'aurais tendance à appeler un essai, mais qui ressemble plus à une encyclopédie des petites filles, ce court ouvrage étant en effet composé d'une multitude d'"articles" aux titres aussi divers que "Dents de lait", "Conte français", "Questions" ou "Cirque". Ce qui a déterminé mon impulsion d'achat (car oui, je dois l'avouer : j'ai bien acheté ce petit livre alors même que ma résolution "Objectif PAL" était prise...) c'est le nom de l'auteur : Eva Almassy, cette autre joyeuse comparse de la bande des Papous dans la tête. Après avoir découvert la prose de Serge Joncour puis, plus récemment, celle d'Hervé Le Tellier, l'occasion m'était offerte en "folio2€" de faire connaissance avec la plume de celle qui nous charme de son accent délicieux toutes les semaines! Cela ne se refuse certes pas.

Et je dois dire que je ne m'attendais pas à ce que j'ai trouvé, du fait surtout de ce que je connais d'Eva Almassy à travers les Papous : ses textes sont toujours drôles, aussi je pensais retrouver cette tonalité espiègle ici. Or, ce n'est pas du tout le cas : si la vivacité d'esprit est toujours au rendez-vous, et le ton parfois drôle, ce dernier est plus souvent teinté de tendresse et, pour la majeure partie, m'a semblé assez sérieux voire empreint de tristesse par moments. Cela n'interfère pas avec la qualité de l'écriture, mais effectivement, cela a donné à ma découverte un petit goût de déception parce que j'attendais autre chose de cet auteur.

Le titre de ce billet résume assez bien l'idée générale : les petites filles ont un savoir, une compréhension du monde que personne d'autre ne possède. Cela leur donne une force, un aplomb face à la vie assez incroyables, et c'est ce que l'auteur admire chez elles. Elle sait qu'elle aussi a été touchée par cette grâce, mais elle a oublié "ce qu'elle savait". Les différents "articles", regroupés en quatre parties ("Être", "Savoir", "Vraies princesses", "Filles d'Ève") tantôt livrent une réflexion de l'auteur, tantôt un souvenir, tantôt le portrait d'une petite fille, réelle ou de fiction. La finalité que met Eva Almassy derrière chacun de ces petits morceaux n'est pas toujours évidente, ni l'interprétation que l'on doit en faire ; certains m'ont touchée, d'autres (plus nombreux) pas. J'ai été surprise que ce soit dans cet ouvrage que l'auteur choisisse de parler du fait qu'elle n'avait jamais eu d'enfant, peut-être parce que j'ai voulu m'obstiner jusqu'à la fin à vouloir voir dans ce livre quelque chose de léger alors qu'il ne l'était pas. Sur le fond, donc, je ne m'y suis pas du tout retrouvée, que ce soit par rapport à ce que j'avais projeté ou par rapport à ce que j'ai compris de la démarche globale de l'auteur avec ce livre.

Ça me fait de la peine de le dire car j'adore Eva Almassy dans le cadre des Papous (et les deux fois où je l'ai rencontrée, elle s'est montrée vraiment sympathique et abordable), mais je n'ai pas du tout accroché avec ce livre-ci, comme vous l'aurez compris.

5 commentaires:

La Nymphette a dit…

Hou, cela ne me fait pas envie, on dirait que les petites filles en question sont des fantomes!

Laëtitia a dit…

Cela rejoint mon premier sentiment à l'égard de ce petit livre... que j'ai reposé dans ma bibliothèque après seulement quelques pages :-( Mais Eva restera Eva... immuable comme la piscine du Havre !!

Lucile a dit…

@ La Nymphette : ah, c'est drôle cette réflexion! Je n'y ai pas du tout pensé pourtant oui, c'est un peu ça : des sortes de personnes inaccessibles et mystérieuses (même si elles ne font pas foncièrement peur). :)

@ Laëtitia : Ah, je me demandais justement ce que tu en pensais de ton côté, puisqu'on avait acheté ce bouquin à peu près en même temps et sans se concerter! ^_^ On est d'accord : Eva et la piscine du Havre, c'est sacré!

La plume et la page a dit…

Je crois que ce n'est pas un livre pour moi. Je ne suis pas attirée par l'enfance et j'ai gardé très peu de souvenirs de cette période... Enfin, plus que la période de l'adolescence!

Lucile a dit…

@ La plume et la page : arf, je n'ai vraiment pas fait une bonne pub à ce livre! :/ Mais à ce que tu dis, tu ne t'y serais pas intéressée en temps normal, apparemment... Ouf, ce n'est pas que de ma faute! ;-)