Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

dimanche 4 juillet 2010

Il y aura hier des années de ça...


Et si je vous parlais du dernier roman paru chez Griffe d'Encre? "Encore!" vous dites-vous peut-être... Non, non, je n'ai pas d'actions dans la maison, simplement à chaque bouquin que je lis chez eux, j'approuve toujours plus leurs choix éditoriaux... Alors je continue de découvrir les auteurs et récits qu'ils dénichent pour nous! Accessoirement, je travaille régulièrement avec eux en tant que correctrice, mais sachez qu'il n'y a jusqu'à présent que de leurs ouvrages que je parle sur ce blog... Si ce n'est pas la gage de la qualité des livres en question, ça! Bref!

Les Voyageurs reprend le thème mille fois exploré du voyage dans le temps, traité toutefois d'une façon totalement innovante (à ma connaissance, mais comme vous le savez, ma culture en science-fiction est extrêmement limitée...). Ici, je comptais vous en dire plus, mais je préfère finalement vous laisser découvrir le principe par vous-mêmes. Sachez en tout cas que la créativité de l'auteur est un des points qui m'a beaucoup plu dans ce roman.

Quelques mots sur l'histoire : elle est centrée sur un groupe de cinq jeunes gens ayant fondé une société de voyance un peu particulière. Ils proposent à leurs clients de résoudre leurs interrogations, tant sur le passé que sur l'avenir, en mettant à profit le savoir hors du commun de Raya, la jeune femme un peu rêche qui les a tous initiés. En se faisant le plus discrets possible sur leur modus operandi, les jeunes gens enchaînent les voyages dans le temps et gagnent ainsi très confortablement leur vie. Tout serait donc pour le mieux si le mystérieux passé de Raya ne venait tous les rattraper ; s'engage alors une course contre la montre (dans tous les sens du terme) entre la leader du groupe et ses poursuivants...

J'ai l'impression que ce qui m'a beaucoup plu ici est une qualité que je trouve rarement aux romans, du fait de mon caractère franchement tempéré : en effet, ce que je plébiscite surtout dans ce livre, c'est la capacité de l'auteur à tenir son lecteur en haleine, à le faire rêver... Je suis d'ordinaire peu encline à lâcher prise, me tenant souvent dans une position concentrée et méthodique, prêtant attention aux personnages, à la façon de traiter les thèmes, au(x) point(s) de vue retenu(s), à la forme pure (mode de narration, continuité ou pas...), etc. Ici, rien de tout cela. Enfin, pas rien : en prenant chaque point séparément, j'aurai quelque chose à dire. Les personnages m'ont semblé crédibles sans être non plus trop fouillés (hormis celui de Roelle puis, dans la dernière partie du livre, celui de Barois ; pour le coup je les ai vraiment trouvés très bien campés et convaincants) ; la narration est assez classique ; le roman traite de la thématique de la vie en groupe et de ses difficultés (à prendre des décisions collégiales, à gérer les tempéraments de chacun, etc. A ce titre, cela m'a d'ailleurs fait penser à la vision que donnaient les caméras du loft dans la célèbre émission de télé-réalité d'il y a une dizaine d'années ; heureusement, la comparaison s'arrête à cette façon d'observer un groupe humain...), de l'importance des choix que l'on est amené à faire un jour dans sa vie... 

Toutefois, tous ces points ne sont pas ce qui me reste après la lecture de ces 380 pages. Au contraire, je ne retiens que mon envie de savoir ce qui allait arriver ensuite, tant dans les missions du groupe que dans leur "vraie vie", et l'excitation à découvrir avec eux un futur ou un passé donné, les contraintes à surmonter pour s'y fondre, bref! le vrai plaisir de la lecture tel que je le ressentais plus petite. Juste lire et se laisser emporter!

Une expérience de lecture simple et fort agréable donc, d'autant plus sympathique que je ne l'avais pas vécue depuis des années. En sera-t-il de même pour vous?

La couverture de cet ouvrage est signée par un nouveau-venu chez Griffe d'Encre, Ash. Son site personnel est . Quant à l'auteur, Marie-Lé Camille, vous pouvez en apprendre plus sur son compte en cliquant ici...
Comme d'habitude, les premières pages de l'ouvrage sont en ligne .

P.S. : Le titre de ce billet est extrait d'une chanson de Bénabar, Le Cahier de solfège, où l'on retrouve à travers la non-concordance des temps un peu de l'ambiance des Voyageurs.

Aucun commentaire: