Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

vendredi 17 septembre 2010

"Comme un zythum qui la tourneboule"...

Je sais : je ne vous aide pas beaucoup. C'est vrai, quoi : très peu de billets littéraires ces temps-ci, ça ne doit pas spécifiquement vous donner envie de venir jouer avec moi... C'est que je fais de drôles de journées, en ce moment, figurez-vous. Heureusement, je prends encore le temps de lire, et comme je me suis engagée dans le reprise de la Pêche aux Mots, ben je m'y tiens... Seulement rédiger mes billets de blog en retard (ou faire mon repassage ; ce sont les deux principaux postes de mon planning qui sautent en cas de surcharge... Ça vous rassure peut-être de savoir qu'il n'y a pas que vous que je délaisse en ce moment... Non?... Mais évidemment, que vous comptez plus que ma planche à repasser, quelle idée!) rédiger des billets de blog en retard, disais-je, ça c'est une autre affaire... Mais je vous promets que très bientôt je vous parlerai des Âmes grises, de l'Invitation pour la petite fille qui parle au vent, de Saltarello ou de Présumé coupable... Dès que possible! Sans faute! Promis!

Mais avant ça, il est l'heure de vous livrer les résultats de notre dernière pêche miraculeuse, qui nous a donné à plancher sur le mot zythum. Ah! Voilà qui vous a posé plus de difficultés que mon précédent mithridatiser! :) Je vous livre donc la véritable définition de ce mot, fort simple au demeurant :

ZYTHUM, subst. masc.
ANTIQ. Bière que les anciens Égyptiens fabriquaient avec de l'orge fermenté. Bien avant l'ère chrétienne, les Égyptiens fabriquaient à Péluse, sur les bords du Nil, une bière appelée boisson pélusienne, vin d'orge ou encore zythum (Industr. fr. brass., 1955, p. 17).

J'avais extrait ce mot de ma lecture Nouvelles du Mali. Voici dans quel foisonnant contexte je l'avais trouvé :
"Comme si le moteur était devenu fou, comme si la circulation était devenue folle, comme si le monde était devenu fou, le Sotrama s'est mis à hurler, à foncer et prit sa place dans le trafic sous une pluie battante et persistante de klaxons, d'avertisseurs personnalisés, stridents et affolants, de sifflements et de hurlements de piétons trop pressés, impatients et surexcités, de fumées de toutes les couleurs et de toutes les odeurs, asphyxiant et montant à la tête comme un zythum qui la tourneboule."
p. 41, "Bamako, cité des caïmans", Sirafily Diango.

Ce mot-ci, donc, personne ne le connaissait! Voici qui me décomplexe un peu... ^_^

Le parolier de la célèbre chanteuse à voix québécoise aurait-il été influencé par la fameuse 
leçon "zythum - même - encore" au CE2?


Et la définition loufoque? Nous avions quatre propositions en lice : celles de a_girl_from_earth, de Kikine, de Patrick et de Yohan (merci à tous les participants! :) ) Plus de choix que la semaine précédente, donc, mais aussi peu de votants... Et ce coup-ci, les deux votants en question n'ont évidemment pas élu la même définition... Qu'à cela ne tienne, nous aurons donc deux gagnants ex aequo! Après tout, les mots qui ont plusieurs significations sont monnaie courante, alors pourquoi zythum ne pourrait pas être à la fois "un adverbe utilisé pour marquer le renforcement, synonyme de "même" ou "encore", très connu dans les écoles primaires lors de l'apprentissage de ces synonymes : zythum - même - encore" (selon Yohan) et "un roman-feuilleton de six tomes (ni plus ni moins), l'inventeur du terme étant quelque peu enrhumé quand il a proposé ce mot" (selon a_girl)? Oui, pourquoi?! Bravo à vous deux pour votre imagination! :)


Et cette semaine, nous jouerons avec un mot extrait de ma dernière lecture, Saltarello, de Matthieu Dhennin, à savoir :

rebec

A vous de jouer!
Le rappel des règles est , et vous avez donc jusqu'à mardi 20h pour me laisser vos définitions en commentaires!

5 commentaires:

Seb a dit…

Dans mon premier roman, les troubadours jouaient du rebec, du tambourin et de la chalémie pour faire danser les belles damoiselles et les nobles damoiseaux. Le rebec est donc un machin qu'on gratouille pour faire de la musique.
Sinon, pour la fausse définition, j'avoue que je sèche : déjà que je n'ai pas beaucoup d'imagination, mais en plus, aujourd'hui, mes neurones ont déjà été mis à rude épreuve par une correctrice très pointilleuse. On verra si je suis remis d'ici quelques jours.

A_girl_from_earth a dit…

Moi j'aime bien jouer même si parfois je ne suis pas méga inspirée.:)

Alors:
- rebec (sérieux): petit panier (quand je ne sais vraiment pas, j'ai souvent tendance à mettre "petit panier" - c'est comme le loto, je me dis que ça finira par tomber un jour!)

- rebec (pas sérieux): de becqueter; personne goulue, qui se ressert copieusement à chaque tournée des plats. (je ne vois pas d'autres explications...)

Mo a dit…

ah, ça fait trois fois que je sais plus ou moins ce qu'est le mot, mais qu'en fait je en sais plus, merci Sébastien de m'avoir mis le rebec en tête!

Sinon, le rebec c'est un oiseau qui n'en fait qu'à sa tête, mais qui a un joli bec. Et comme dirait l'autre, mieux vaut être bec et rebec que moc et remoc.

Laetitia a dit…

Le rebec est le baiser qui suit le premier : le 2ème bec quoi :-)

Lucile a dit…

@ tous : merci pour vos participations! Le sondage est en ligne! :)

@ Seb : les correcteurs sont d'horribles personnages! ;-)

@ a_girl : j'adoooore la technique du petit panier! :D