Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

dimanche 26 décembre 2010

Qu'on lui coupe la tête!

Il y a à peu près deux ans, j'ai eu l'occasion de voir Marie-Antoinette de Sofia Coppola avec Kirsten Dunst dans le rôle titre. Ce film avait alors éveillé ma curiosité envers le personnage et la vie à la cour ; à la faveur d'une visite de la famille quand j'habitais en Ile-de-France, nous étions allés visiter Versailles, ce qui m'avait encore plus intéressée. Je m'étais alors promis de lire la biographie de Marie-Antoinette écrite par Stefan Zweig. Quelques mois plus tard, en visite chez une de mes tantes, j'ai vu cette bio ; je n'avais pas encore acheté ou emprunté celle par Stefan Zweig, aussi ai-je bien volontiers empruntée celle-ci pour parfaire (et c'est peu dire!) ma connaissance de cette célèbre reine...

Bon, pour commencer, il faut bien dire que cette lecture m'a demandé beaucoup de temps. Certes, c'est plutôt bien écrit, avec de nombreux passages présentant tous ces personnages de manière très vivante ; cela dit, l'ouvrage m'a paru assez inégal de ce point de vue. Tout ce qui concerne l'enfance de Marie-Antoinette et ses premières années en France se lit très vite et est très accessible : les relations et l'énorme influence de l'impératrice Marie-Thérèse sur ses enfants, la géopolitique des alliances princières en Europe, le caractère de la jeune et enjouée Marie-Antoinette, les aberrations de l'étiquette à la cour... Il faut bien reconnaître qu'Antonia Fraser a particulièrement bien rendu tout cela. Dès lors que l'on en arrive aux événements de la Révolution française, on retrouve ce côté très vivant, très facile à suivre. L'entre-deux m'a par contre paru beaucoup plus fastidieux à lire : j'ai eu beaucoup de mal à suivre les différentes tractations de politique internationale, les intérêts des uns et des autres chefs d'État quand ils décidaient de signer ou non des traités entre eux, etc. Il paraît que ce n'était pas non plus le fort de Marie-Antoinette... Au moins peut-on dire que je me suis identifiée à elle pour cela!

Dans cet ouvrage, on découvre une "vraie" personne, loin des images assez manichéennes et irréelles que l'on a tendance à coller spontanément aux personnages historiques. Je n'avais pour ma part pas spécialement d'idées préconçues sur Marie-Antoinette ; j'avais bien entendu parler de "l'affaire du collier" sans savoir cependant de quoi il retournait (je pensais que Marie-Antoinette s'était payé un collier hors de prix en puisant dans les caisses du pays alors au plus bas, ce qui n'est pas du tout ce qui s'est passé), mais à part ça, rien de spécial, donc je n'ai pas eu de surprises en ce qui concernait la reine en elle-même. J'ai par contre été plus ébranlée par la vision de la Révolution française que nous livre Antonia Fraser : pour moi, c'était un peu quelque chose de sacré, la Révolution. Les droits de l'Homme, la fin des privilèges, tout ça, une de mes instits du primaire nous en avait parlé en vibrant tellement d'émotion que j'avais assez idéalisé les révolutionnaires, et par là même conçu une image franchement mauvaise de Louis XVI et de sa cour. Avec cette biographie, il faut bien reconnaître que j'ai sacrément nuancé mes vues, ce qui n'est pas plus mal (rien n'est ni tout blanc ni tout noir, comme vous le savez...). La famille royale en elle-même et telle qu'elle est dépeinte dans cet ouvrage m'a parue franchement sympathique, des gens plutôt simples et pas méchants, pas du tout les personnes "de la situation", comme on dit - je me demande bien comment Louis XIV ou Louis XV auraient géré la crise, par exemple... -, en bref : ceux qui ont eu la malchance d'être aux commandes quand  tout s'est effondré. Ils étaient en effet sans doute bien moins critiquables que les précédents souverains aux yeux des révolutionnaires, mais voilà : le peuple était dans une colère noire et il fallait que des têtes tombent (c'est le cas de le dire!)...

Et pour finir, quelques remarques "en vrac" : j'ai été un peu déçue de trouver si peu de choses sur l'idylle entre Marie-Antoinette et le comte Fersen, d'autant plus que de nombreux autres points sont traités dans le détail. Cela dit, Antonia Fraser semble fournir ici un travail extrêmement sérieux et bien documenté, donc peut-être n'a-t-elle avancé que ce dont elle était absolument certaine, à savoir pas grand-chose, si ce n'est qu'il est à peu près sûr que Fersen et Marie-Antoinette aient été amants...

Je me suis cultivée, ou plutôt cet ouvrage a été l'occasion de quelques révisions concernant l'histoire de France, notamment de tout ce qui concernait le "calendrier" de la Révolution (hé non, elle ne se cantonne pas à l'année 1789 ; Marie-Antoinette a été guillotinée en octobre 1793, ça laisse une certaine marge, pendant laquelle je ne m'étais jamais demandé quel genre de vie avait pu mener la famille royale!).

Enfin, la petite coïncidence sympathique : j'ai commencé ma lecture de ce livre le 2 novembre dernier, jour de la naissance de Marie-Antoinette, et je n'ai même pas fait exprès... On peut dire que nous étions synchros, elle et moi! ;-)

Voilà! Dans la mesure où je découvrais ce personnage, je serais bien en peine de vous dire si cette biographie est bonne ou non ; il faudra donc vous en tenir à mon avis dans l'absolu! Un jour peut-être, je m'intéresserai de plus près à celle écrite par Zweig... mais pas tout de suite!

Merci à ma tante anglaise pour le prêt! ;-)

P.S. : Oui, je sais pour le titre du billet, c'était un peu facile... ^_^

2 commentaires:

Karine:) a dit…

J'ai pour ma part lu la bio de Marie-antoinette pas Zweig et j'ai été agréablement surprise. Mais la vision de la famille royale est un peu la même. Des gens pas du tout faits pour ça et pris dans le tourbillon des événements. Pas mieux, pas pires que ceux d'avant côté folies...

Lucile a dit…

@ Karine : je crois que je me serais de toute façon attendue à quelque chose de très chouette de la part de Stefan (même si le biographe n'est pas censé être aussi bon que le nouvelliste)! :) Et au fait, j'ai fini mon bébé Zweig challenge (mais il faut encore que je rédige le billet qui va avec! ^_^)