Plouf! Plouf! Ce sera toi que je lirai!
JOURNAL DE MES LECTURES (dont la régularité de publication laisse quelque peu à désirer)
N’HÉSITEZ PAS A LAISSER VOS COMMENTAIRES SUR NOS LECTURES COMMUNES!

mardi 21 juin 2011

Mémoire qui flanche?

De Jacqueline de Romilly, hormis son nom et la célèbre mention "de l'Académie française" qui l'accompagne sur ses bouquins, je ne savais rien au moment où l'on m'a offert ce petit livre (même pas 120 pages) d'elle. Je pense que ce billet sera très court, car je n'ai pas du tout accroché avec ce petit ouvrage, que je qualifierais de "témoignages" (mais que je vais quand même classer dans les essais, parce que bon, il n'y a pas suffisamment de non-fiction sur mon blog pour que je distingue trop précisément les catégories).



Le but était pourtant honorable : revenir sur des instants de grâce de la mémoire, en quelque sorte, que l'auteure a connu dans sa vie, ces moments qui se comptent sur les doigts des deux mains où, plus que simplement "se souvenir" d'épisodes de sa vie, elle les a "revécus" de tous ses sens. Le phénomène a paru tellement fort et en même temps tellement mystérieux à Jacqueline de Romilly qu'elle a décidé d'en faire un livre. Très bien, mais une fois que l'on a dit cela, on a presque tout dit, et ce n'était pas la peine de le répéter selon différentes variantes pendant plus de 100 pages...

L'ouvrage est découpé en trois parties, regroupant chacune quelques-uns de ces instants en dehors du temps vécus par l'auteur ; autant vous avouer d'emblée que je n'ai pas compris comment ils étaient regroupés, ni s'il y avait seulement une logique derrière ce choix. Ce qui m'a invariablement agacée (mais de plus en plus au fur et à mesure que je progressais dans ma lecture), c'est que l'on me dise tout le temps "comme nous allons le voir", remettant toujours à plus tard le clou de la démonstration qui, finalement, n'est jamais venu (ou bien, je ne l'ai pas vu). Quelle déception! D'autant plus que, comme Jacqueline de Romilly le remarque elle-même, ces expériences étranges n'ont en elles-mêmes rien d'extraordinaire : elles ne sont pas rattachées à des épisodes cruciaux de sa vie (ce serait presque même le contraire), mais se rapportent plutôt à une conversation anodine, à l'ambiance d'une sortie de réunion, ou à l'aspect d'un jardin après la pluie... Bref, pas de quoi passionner le lecteur en attente des fameuses "révélations" du titre!

Pour conclure, je dirai donc que j'ai vraiment eu l'impression de lire les élucubrations d'une vieille dame qui ne se rappelle plus très bien ce qu'elle veut dire et radote. J'imagine que j'ai dû complètement passer à côté de quelque chose d'essentiel, car sur la quatrième de couverture, on peut lire une citation de la critique de Pivot, dans Le Journal du Dimanche qui parle d'une "leçon de bonheur"... Mouais. Désormais, sauf conseil hyper enthousiaste de personne hautement recommandable (et compatible avec moi) littérairement parlant, je passerai mon chemin sans hésitation devant les bouquins de Jacqueline-de-Romilly-de-l'Académie-française!

2 commentaires:

Leiloona a dit…

Outch', dur dur ! Je venais justement lire ce que tu avais pensé du livre car je trouvais la couverture superbe .. ;)

Lucile a dit…

@ Leiloona : ben écoute, peut-être que je suis passée complètement à côté, ce qui n'est pas impossible, donc va quand même chercher des avis ailleurs (je n'ai pas eu la curiosité ni le temps d'en lire quelques-uns pour ma part), on ne sait jamais! ;-) Et bravo pour ta lettre à ton libraire! :D